La Tanzanie déplore les exigences américaines

Dar es Salaam- Tanzanie (PANA) -- La Tanzanie a déploré, mercredi, les menaces américaines de retrait de la Conférence des Nations Unies sur le racisme qui s'ouvre vendredi dans la ville portuaire de Durban, en Afrique du Sud, a-t-on appris de source officielle.
Le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, M.
Jakata Kikwete a déclaré que la position prise par Washington était malheureuse, espérant que les Etats-Unis reviendraient à temps sur leur décision.
On rappelle que l'absence des Etats-Unis à la troisième Conférence contre le racisme, la discrimination raciale, la xénophobie et l'intolérance qui y est associé prévue du 31 août au 7 septembre ne sera pas sans précédent.
Ce pays, qui a bâti sa richesse sur l'exploitation d'Africains, a en effet boycotté les deux premières réunions de la conférence.
Les Américains ont menacé de ne pas prendre part à la conférence si le programme incluait la question des réparations liées à l'esclavage et au colonialisme ou une mesure visant à assimiler le sionisme au racisme, rappelle-t-on.
Affirmant que la Tanzanie supportait la lettre et l'esprit du programme, M.
Kikwete a maintenu que les demandes américaines de changement de l'ordre du jour de la conférence afin que celui ci soit conforme à ce qui leur paraît acceptable, était un fait malheureux.
Selon lui, étant donné que l'histoire témoigne de l'exploitation de l'Afrique qui l'a menée à une situation de crise à travers l'esclavage, le racisme et l'Apartheid, les dispositions pour les réparations à verser au continent seraient de fait légitimes.
"C'est une question importante que l'Afrique a notée", a confié à la presse M.
Kikwete qui dirige la délégation tanzanienne à la conférence.
La question de savoir si oui ou non les descendants d'esclaves devraient être dédommagés pour les richesses volées, tirées du labeur de leurs ancêtres, constituera un élément clé de la conférence, a-t-il dit, ajoutant que le racisme a pris source dans l'esclavage, le colonialisme et l'Apartheid.

30 août 2001 16:08:00




xhtml CSS