La Sénégalaise Innocence Ntap Ndiaye à la tête de l'Internationale francophone du dialogue social

Dakar, Sénégal (PANA) - La président du Haut Conseil du dialogue social du Sénégal (HCDS), Sénégal, Mme Innocence Ntap Ndiaye, a été portée, mercredi soir à Dakar, à la tête de l'Internationale francophone de  dialogue social (IFDS) pour un mandat de quatre ans renouvelable une fois.

Son élection s'est déroulée à l'issue de l'assemblée générale constitutive de l'organisation qui s'est tenue au troisième jour d'un séminaire régional de trois jours sur le dialogue social en Afrique francophone.

L'IFDS, dont les bases ont été jetées en décembre 2016 à Turin, en  Italie, a pour principal objectif la promotion et le renforcement du dialogue social dans les pays de l'Afrique francophone.

Elle ambitionne également de constituer une base de données sur le dialogue social, de promouvoir les bonnes pratiques et attitudes, les techniques de négociation, de gestion et de prévention des conflits sociaux ainsi que la démocratie et la bonne gouvernance sociale.

Les participants ont adopté les statuts et le règlement intérieur de la nouvelle organisation au cours d'une session qui a duré jusque tard dans la soirée de mercredi.

Le séminaire, ouvert lundi dernier, a regroupé des acteurs du dialogue social d’une vingtaine de pays d'Afrique francophone, ainsi que des représentants d’organisations et d’institutions internationales dont le Bureau international du travail (BIT), l’Organisation internationale de la francophonie (OIF) et la CNV Internationaal des Pays-Bas.

Lors de la cérémonie d'ouverture, la présidente du HCDS du Sénégal, Mme Innocence Ntap Ndiaye, avait magnifié les vertus du dialogue social, soulignant que cette problématique était solidement ancrée dans les valeurs traditionnelles africaines.

"Le dialogue social est, pour le Bureau international du travail et nos pays, non seulement un objectif stratégique en lui-même, mais aussi un moyen d’action incontournable pour l’atteinte des objectifs majeurs que les mandants tripartites se sont fixés en matière d’emploi, de protection sociale et de protection des droits fondamentaux", avait ajouté l'ancienne ministre du Travail et des Organisations professionnelles du Sénégal.

Dans leur déclaration finale, les participants ont souligné, entre autres, la nécessité de promouvoir et de développer le dialogue social et ses mécanismes opératoires, plaidant pour une unité syndicale forte avec des organisations professionnelles représentatives et des partenaires sociaux forts.

Ils invitent les gouvernements de leurs pays à créer ou à opérationnaliser les structures de dialogue social pour consolider la paix sociale et le développement socio-économique.

La rencontre avait pour thème "Regards croisés sur des expériences et problématiques de dialogue social en Afrique francophone".

Elle a regroupé des délégations venues du Sénégal, du Bénin, du Togo, de la Centrafrique, de la Tunisie, de la RD Congo, du Niger, du Congo, du Mali, de la Guinée-Bissau, de la Mauritanie, de la Guinée, de la Côte d'Ivoire, du Tchad, du Gabon, du Cameroun et de Madagascar.
-0- PANA AAS/JSG/SOC 14dec2017

14 décembre 2017 11:53:59




xhtml CSS