La RD Congo restitue quatre fréquences au Congo

Brazzaville, Congo (PANA) - La République démocratique du Congo vient de restituer au Congo quatre fréquences, dans le cadre d’un accord entre les deux pays visant une meilleure gestion de ces ressources rares, a appris vendredi la PANA, auprès du ministère congolais de la Communication et des Médias.

"Depuis quelques jours, via le régulateur, nous sommes informés que la RDC vient de nous restituer quatre fréquences. Nous pouvons déjà résoudre les problèmes liés aux fréquences analogiques et numériques, et mener à bien nos projets comme l’installation de nos chaînes numériques", a déclaré le ministre congolais de la Communication et des Médias, Thierry Moungalla, lors d’un entretien avec la presse.

"Depuis plus de vingt ans, les ministres successifs de la Communication et des Télécommunications ainsi que les régulateurs des médias et télécoms cherchaient à récupérer ces fréquences. Pour la première fois, nous avons eu une avancée", s’est réjoui M. Moungalla.

La restitution des quatre fréquences amorce l’engagement pris par les autorités de la RDC de rétablir la répartition, telle qu’agencée par l’Union internationale des télécommunications.

D’autres fréquences appartenant au Congo, encore sous-exploitées par des médias de la RDC, vont être restituées dans les prochains jours, selon Thierry Moungalla.

Pour le ministre, les fréquences analogiques rétablies, qui ont, par ailleurs, vocation à être utilisées dans le cadre du dividende numérique, vont être remises aux opérateurs télécoms et fournisseurs d’accès "pour leur permettre de développer des services pour lesquels ils ont du mal à amplifier avec le peu de fréquences analogiques dont ils disposent", comme par exemple, la télévision sur IP, le GPS.

En novembre 2017, lors des Journées des Nouvelles technologies de l’information et de la communication, organisées à Brazzaville, Thierry Moungalla et son homologue de la RDC, Lambert Mende Omalanga, avaient pris l’option, au cours d’une table ronde, de répartir de façon équitable le spectre des fréquences entre les deux pays.

Une mission de travail avait été organisée par la suite à Kinshasa en décembre, au cours de laquelle les deux parties ont signé un protocole d’accord de restitution des fréquences par étape.

Depuis plus de vingt ans, la RDC a saisi, de manière illégale, les fréquences analogiques du Congo, expliquant ainsi plusieurs paradoxes.

Leur restitution constitue un soulagement, à l’heure où le Congo amorce le déploiement de sa TNT et d’autres projets audiovisuels et de télécommunications.

Le spectre des fréquences est l’épine dorsale d’une large gamme d’activités dans des secteurs tels que les télécommunications, la radiodiffusion, les transports, la recherche et le développement.

Avec le développement de ces technologies et leurs implications dans la croissance économique du pays ainsi que leur rareté, leur importance dans la vie de tous les jours est de plus en plus grandissante. Il est donc nécessaire de prévoir une gestion rationnelle de cette ressource rare.
-0- PANA MB/JSG/*IBA 30mar2018

30 mars 2018 11:41:26




xhtml CSS