La Planification familiale a besoin d'une volonté politique soutenue

Addis-Abeba, Ethiopie (PANA) - Les participants à la troisième Conférence internationale sur la Planification familiale (CIPF), à Addis-Abeba, en Ethiopie, ont souligné l'importance d'une volonté politique soutenue pour assurer l'accès aux produits et informations sur la contraception.

"C'est la plus forte démonstration d'engagement des dirigeants du globe qui nous mène à croire qu'il s'agit d'un vrai tournant pour accélérer les progrès de la Planification familiale", a déclaré le Premier ministre éthiopien, Hailemariam Desalegn, aux délégués venus de plus de 100 pays, qui participent à cette conférence d'une semaine placée sous le thème "Accès intégral, Choix intégré".

La CIPF est le plus grand rassemblement consacré à l'élargissement de l'accès à la contraception et la Planification familiale en tant que pilier central de l'amélioration de la vie des jeunes filles et des femmes.

Selon les estimations, plus de 220 millions de femmes dans le monde veulent planifier la naissance de leurs enfants, mais n'ont pas accès aux méthodes modernes de contraception.

Toutefois, contrairement aux autres pays africains, l'Ethiopie a depuis quelques années doublé le pourcentage de femmes utilisant des contraceptifs, de 15 pc en 2005 à 29 pc en 2011.

En outre, Addis-Abeba a promis de doubler à nouveau le pourcentage à 66 pc d'ici à 2015.

Ce succès explique le choix de l'Ethiopie en tant qu'hôte de cette conférence.

S'adressant aux délégués lors d'une vidéo-conférence, la présidente du Malawi, Joyce Banda, a indiqué que la Planification familiale n'était pas simplement une question de santé, mais aussi une question de développement et de droit de l'Homme.

"L'augmentation des services de Planification familiale est l'un des outils qui peuvent entraîner de grands progrès en termes de développement social et économique", a-t-elle souligné.

Pour sa part, la présidente de la Commission de l'Union africaine, Nkosazana Dlamini-Zuma, a indiqué que  la Planification familiale était un investissement dans la population, alors que le directeur exécutif du Fonds des Nations unies pour la population (FNUAP), le Pr Babatunde Osotimehin, estime que la Planification familiale va de pair avec les droits de l'Homme et l'égalité entre les sexes.

La CIPF 2013 met en lumière les progrès réalisés en matière d'accès aux services et produits de la Planification familiale depuis la conférence de Londres, en juillet 2012.

Lors de cette conférence, la communauté internationale avait promis de faire accéder 120 millions de femmes supplémentaires aux services et informations sur la Planification familiale d'ici à 2020.

Les engagements pris à Londres portaient également sur la mobilisation de nouvelles ressources financières; l'amélioration des systèmes d'approvisionnement; l'investissement dans la recherche sur la contraception et des changements de politiques tels que des lois qui protègent la santé et le bien-être des femmes et des jeunes filles.
-0- PANA SB/SEG/NFB/JSG/IBA  13nov2013



13 novembre 2013 11:01:52




xhtml CSS