La MINUAD mène une enquête sur les incidents dans un camp de PDI au Darfour

New York, Etats-Unis  (PANA) – La mission conjointe de l'Organisation des Nations unies et de l'Union Africaine au Darfour (MINUAD), à l'ouest du Soudan, a indiqué lundi avoir renforcé sa présence dans un camp de personnes déplacées internes au Nord, après « une opération de recherches intensive menée sans aucune notification à la mission » par les forces du gouvernement du Soudan.

Un communiqué de la MINUAD, circulant au siège des Nations unies à New York, indique que  "les raisons avancées pour cette recherche organisée à 6 heures du matin, heure locale, dans le camp de Zam Zam situé dans la banlieue d'El Fasher, avait pour but de traquer et d'arrêter des éléments criminels, de saisir des armes et de confisquer toute substance illégale".

Le communiqué souligne que "environ 100 véhicules ont été mobilisés par les forces conjointes de la police et de l'armée soudanaise pour boucler le camp lors de l'opération".

Il cite également le gouvernement qui a déclaré que l'opération a conduit à l'arrestation de 37 individus, la saisie de 10 véhicules 4x4, de trois magazines portant sur les fusils d'assaut, d'importantes quantités de munitions et de biens probablement volés et des substances illégales.

La MINUAD a cependant indiqué que son autorité suprême a contacté les forces de sécurité du  gouvernement du Soudan et le Wali (gouverneur) du Nord Darfour, dans le but de régler rapidement cette affaire.

Il précise que cette opération a été effectuée en violation de l'accord conclu entre la mission et le  gouvernement, qui exige une notification et des consultations avant toute action concernant le camp de PDI (personnes déplacées internes).

"Les autorités soudanaises n'ont informé la MINUAD de leurs plans que presque trois heures après  exécution", ajoute-t-il.

Le communiqué indique également que le représentant conjoint spécial de l'ONU et de l'UA et le chef de la MINUAD, le Pr. Ibrahim Gambari, ont exhorté les autorités "à agir avec la plus grande retenue,  surtout dans l'utilisation de la force et à s'assurer qu'il n'y ait aucun blessé".

Il indique que M. Gambari avait dépêché une équipe mixte composée de civils, de policiers et de militaires et un groupe inter-agence d'évaluation dirigé par le coordinateur des Affaires humanitaires des Nations unies (OCHA) et le haut- commissaire des Nations unies pour les réfugiés  (HCR), au camp pour s'assurer du respect de la sécurité et des droits de la communauté.

"Les équipes ont rapporté que, malgré l'atmosphère tendue et les appréhensions des PDI, aucun coup de feu n'a été tiré et aucune sorte de violence, de harcèlement, de destruction ou vol de biens n'ont été enregistrés", a fait savoir la mission.

La MINUAD a ensuite précisé qu'elle a renforcé la présence de ses forces de police au sein du  camp et qu'elle va veiller sur la situation et sur le sort des personnes arrêtées.

-0- PANA AA/BOS/ASA/OG/SOC 24jan2011

24 janvier 2011 21:25:23




xhtml CSS