La MFWA plaide pour une révision de la peine de 3 ans de prison contre le journaliste mauritanien Cheikh Ould Mohamed

Dakar, Sénégal (PANA) - La Fondation des médias pour l'Afrique de l'Ouest (MFWA) a appelé les autorités en Mauritanie à examiner la peine de prison de trois ans récemment prononcée contre un journaliste pour avoir jeté sa chaussure à un responsable de l'Etat.

Dans un communiqué transmis mardi à la PANA à Dakar, au Sénégal, la MFWA a indiqué que le tribunal de première instance de Nouakchott, la capitale mauritanienne, a rendu la décision contre le journaliste Cheikh Baye Ould Mohamed.

''La peine d'emprisonnement de trois ans infligée à Cheikh Baye Ould Mohamed est trop sévère pour ce qui est purement un écart de conduite. Nous exhortons les autorités à revoir la peine, et peut-être la remplacer par une amende raisonnable", a souligné le communiqué.

La MFWA a déclaré qu'elle considérait la réaction du journaliste à l'encontre de l'agent de l'Etat comme malheureuse et non professionnelle.

''Un journaliste devrait croire et respecter le droit des autres à avoir et à exprimer des opinions divergentes. Sachant cela, Cheikh Baye Ould Mohamed aurait dû faire preuve de retenue'', a estimé l'organisation.

Selon l'ONG, le journaliste qui est le gestionnaire du site web d'information Meyadine, faisait partie de l'auditoire lors d'un point de presse hebdomadaire le 30 juin 2016, qui a été organisé par un porte-parole du gouvernement, Mohamed Lemine Ould Cheikh.

Au cours de l'intervention de l'agent de l'Etat, le journaliste aurait jeté sa chaussure à Cheikh en criant ''ministre des mensonges''.

La MFWA a révélé que la chaussure n'a cependant pas frappé le porte-parole du gouvernement.

Le communiqué a souligné que la police en service lors de la conférence de presse aurait maîtrisé le journaliste et l'a immédiatement arrêté.

Il a été maintenu en détention jusqu'au 11 juillet, quand il a été présenté devant un tribunal sur des accusations d' ''insulte et violence contre un agent public dans l'exercice de ses fonctions.

L'avocat de la défense du journaliste a décrit la décision du tribunal comme ''insensée'' et a indiqué qu'il allait faire appel contre la décision.

Le juge n'a même pas tenu compte de l'appel du ministère public qui a demandé la peine minimale. "L'équipe de défense déposera immédiatement un recours contre ce jugement insensé '', a déclaré l'avocat Brahim Ould Ebetty.
-0- PANA MLJ / VAO/MTA/TBM SOC 19juillet2016

19 juillet 2016 22:17:56




xhtml CSS