La Libye, une véritable amie du Zimbabwe

Harare- Zimbabwe (PANA) -- Le dicton selon lequel «c'est dans le besoin que l'on reconnaît ses vrais amis» traduit on ne peut mieux ce que la Libye a représenté pour le Zimbabwe ces dernières années.
Mis au ban de la communauté internationale, en particulier par l'Occident, le Zimbabwe a trouvé du secours à Tripoli qui, à un moment crucial, lui a offert un appui précieux.
Au plus fort de la crise économique au Zimbabwe il y a quelques années, la Libye a offert à ce pays d'Afrique australe 360 millions de dollars de produits pétroliers, lui permettant de tenir debout.
Avec la suppression des lignes de crédit et du soutien à la balance des paiements de l'Occident pour cause de sanctions, le Zimbabwe ne pouvait pas se permettre d'importer des produits pétroliers, ce qui a entraîné une crise grave qui a menacé de paralyser le pays - en particulier son économie.
C'est alors que la Libye a proposé une ligne d'approvisionnement de 360 millions de dollars dans le cadre de laquelle le Zimbabwe importait des produits pétroliers de ce pays d'Afrique du Nord.
Ainsi, du jour au lendemain, la Libye est devenue le principal fournisseur en produits pétroliers du Zimbabwe, en couvrant 70 pour cent de ses besoins en la matière.
Du reste, Tripoli ira encore plus loin pour satisfaire le Zimbabwe, puisque ce pays n'avait pas d'argent pour payer le pétrole, les Libyens ont accepté de le troquer contre divers produits alimentaires, comme la viande de bœuf et la volaille.
Tripoli a également accepté d'être payé dans la monnaie locale du Zimbabwe pour des livraisons de produits pétroliers, des fonds qu'il a par la suite investis dans divers secteurs du Zimbabwe, comme les infrastructures de stockage.
L'accord pétrolier a duré plusieurs années, devenant le pilier de l'économie zimbabwéenne, ce qui a amené les analystes à estimer que si la Libye n'avait pas pris cette disposition, le Zimbabwe aurait pu s'effondrer.
Dans le cadre de cet accord, le Zimbabwe a pu obtenir pour 90 millions de dollars de pétrole par trimestre, revenant à sa situation de 2001 quand les pays occidentaux lui ont retiré leur soutien financier.
En retour, il a exporté des denrées comme le sucre, le café, le tabac et les textiles en plus de la viande de bœuf et de la volaille.
Un des plus gros bénéficiaires de cet accord a été l'entreprise locale Farirai Quality Foods, qui a remporté, en 2002, un contrat pour l'exportation annuelle vers la Libye de 5.
000 tonnes de viande de bœuf pour un montant de 16,5 millions de dollars, ce qui représentait une alternative opportune pour le marché de la viande de bœuf après que l'Union européenne (UE) a interdit les importations de viande du Zimbabwe, du fait des réformes agraires appliquées dans ce pays.
Jusque-là, la plupart des exportations de viande de bœuf du Zimbabwe étaient destinées au marché de l'UE qui en prenait 9.
100 tonnes par an.
Actuellement, les deux pays cherchent les moyens d'élargir leurs relations économiques à divers autres secteurs, dont celui de l'exploitation minière.
Un haut responsable libyen, Saadi Mouammar Kadhafi, fils du Guide libyen Mouammar Kadhafi, a effectué une visite au Zimbabwe le mois dernier à la tête d'une délégation d'hommes d'affaires en quête d'opportunités d'investissement dans ce pays.
Il devrait retourner au Zimbabwe avec une autre délégation dans le courant d'octobre, indique l'ambassade libyenne à Harare.
La Libye a également investi dans le secteur du tourisme au Zimbabwe via des actions dans des sociétés cotées.

10 octobre 2010 11:51:00




xhtml CSS