La Libye, une force avec laquelle il faut compter en Afrique

Lusaka- Zambie (PANA) -- Le rôle d'investisseur joué de plus en plus par la Libye en Afrique s'est étendu à la Zambie, où les capitaux libyens s'implantent dans le secteur des télécommunications avec l'acquisition récente de 75 pour cent des parts de la Zamtel (Zambia Telecommunication Company), la société nationale de télécommunications, pour plus de 380 millions de dollars.
Cet investissement est décrit comme la plus importante transaction individuelle depuis le début du processus de privatisation en Zambie, entamé dans les années 1990.
Aux termes de l'accord signé avec le gouvernement zambien en juin dernier, le Portefeuille d'investissement libyen en Afrique (LAP Green Networks) s'est engagé à payer 257 millions de dollars pour l'achat de 75 pour cent des parts de Zamtel et à verser un financement supplémentaire 127 millions de dollars pour les projets d'expansion de la société en cours et à venir.
L'Agence zambienne de développement (ZDA) indique que dans le cadre du plan de redressement de Zamtel, LAP Green Networks s'est également engagé dans un plan d'activités sur cinq ans qui prévoit un retour rapide et durable à la croissance, soutenu par un investissement important dans les infrastructures de réseau et les systèmes de soutien afin de moderniser l'entreprise.
Le gouvernement zambien conserve 25 pour cent des parts de Zamtel et compte continuer à jouer un rôle actif dans la gestion et la direction de la société, en conservant deux sièges sur sept au conseil d'administration ainsi que le droit de véto sur certaines décisions-clé concernant l'entreprise.
Le ministre zambien des Finances et de la Planification nationale, Situmbeko Musokotwane, qui s'est déclaré satisfait du prix de vente de la société nationale des télécommunications, a expliqué que LAP Green Networks a assuré au gouvernement zambien qu'une partie importante des fonds tirés de cette transaction avait servi au règlement des indemnités de licenciement des 2.
341 employés de Zamtel.
Dans le cadre de ce processus, LAP Green Networks conservera une partie de la main-d'œuvre qui sera suffisante pour exploiter Zamtel de manière optimale et conformément à son plan d'activités sur cinq ans.
«Le gouvernement de la Zambie a entamé le plus important processus de privatisation de l'histoire du pays.
Nous nous réjouissons d'avoir signé un accord avec LAP Green Networks qui dispose à la fois des ressources et de l'expérience nécessaire dans le secteur africain des télécommunications pour restructurer Zamtel et apporter un changement rapide et tangible en Zambie», a déclaré M.
Musokotwane après la signature de l'accord.
Il a indiqué que cet accord constituait une étape majeure dans le processus de relance du marché zambien des télécommunications et de garantie d'accès des populations à des services plus abordables ainsi qu'à l'Internet haut débit, ce qui devrait leur permettre de profiter et de contribuer à l'économie numérique.
LAP Green Networks est une partie de la LAP qui a été constituée en 2006 comme l'outil d'investissement extérieur de la Libye se consacrant essentiellement à la contribution au développement des économies africaines.
Cette entité gouvernementale disposait d'un capital initial de 50 milliards de dollars.
Le Président-directeur général de LAP Green Networks, Abdulbaset Elazzabi, a déclaré que l'annonce de LAP Green comme l'acquéreur privilégié de Zamtel était hautement importante pour sa société.
«Il s'agit du plus gros investissement individuel que nous avons effectué à ce jour», a déclaré M.
Elazzabi après la signature de l'accord.
«La Zambie est un élément-clé de notre stratégie plus large consistant à construire des réseaux de télécommunications à travers le continent africain et nous sommes extrêmement satisfaits d'avoir été choisi par le gouvernement zambien pour devenir son partenaire au niveau de Zamtel», a-t-il ajouté.
M.
Elazzabi a souligné que LAP Green Networks avait suffisamment d'expérience pour transformer Zamtel comme elle l'a fait pour les sociétés de télécommunications dans les autres pays où elle est implantée, notamment l'Ouganda, le Rwanda, le Sud-Soudan et la Côte d'Ivoire.
Le ministre zambien de la Communication, Geoffrey Lungwangwa, a souligné, pour sa part, que l'implantation de la firme libyenne devrait aider à renforcer le développement des Technologies de l'information et de la communication (TIC) en Zambie.

10 octobre 2010 16:01:00




xhtml CSS