La Laaico, un poids lourd de l'hôtellerie en Afrique

Tripoli- Libye (PANA) -- Des riches paysages allant de la forêt tropicale à la savane en passant par le désert, paysages auxquels se greffent des traditions millénaires, un savoir-faire artisanal de renommée et des cultures colorées ont conféré au continent africain des potentialités touristiques incontestables.
Aussi l'investissement dans l'infrastructure de base touristique, notamment l'hôtelière, se révèle-t-il un créneau porteur et à risque limité, comme l'a compris la Libye, qui a consenti des sommes importantes dans le secteur de l'immobilier, en particulier dans l'hôtellerie en Afrique.
Les Libyens, qui entendent ainsi apporter leur pierre à l'édification du continent, ont créé en 1981 la Libya Arab Africa Investment Company (Laaico) avec comme principal objectif de contribuer au développement des économies africaines à travers des investissements dans des secteurs susceptibles de doper la croissance.
A travers la Laaico, dont le capital de base était fixé à 100 millions de dinars, la Libye a consenti en Afrique des investissements qui sont passés de 31,8 millions de dinars (environ 25 millions de dollars) en 1991 à 1,93 milliard de dinars (1,5 milliard de dollars) en 2008.
Ces investissements ont porté en particulier sur les secteurs touristique (hôtels et domaines fonciers), agricole, forestier, industriel, commercial et minier.
Le capital de la compagnie est placé sous la tutelle de la Libya Africa Portfolio (LAP), qui pèse huit milliards de dollars et qui engobe la Libya Africa Financial Company (Lafico), Afriqiya (la compagnie aérienne à vocation panafricaine), la Banque sahélo- saharienne pour l'industrie et le commerce (BSIC) et Oil Libya.
Ainsi le secteur immobilier, qui regroupe les hôtels et les infrastructures touristiques, a recueilli la plus grande part des investissements libyens en Afrique pour un montant de 950 millions de dinars en 2008.
Dans le domaine touristique, les statistiques indiquent une présence massive de la Libye dans l'hôtellerie en Afrique.
Au total, 23 unités hôtelières, propriétés de Laaico, se répartissent sur 15 pays, à savoir: la Tunisie, l'Afrique du Sud, la Tanzanie, l'Ouganda, le Rwanda, le Gabon, le Congo, le Burkina Faso, le Tchad, la Centrafrique, le Ghana, la Gambie, la Guinée, le Mali et le Togo.
Leur gestion a été confiée à nombre de chaînes hôtelières dont Sofitel, Le Méridien, Intercontinental et Kempinski.
Parmi ces ouvrages, on peut citer au Burkina Faso et au Tchad, l'Hôtel Libye, au Mali (Libye-Amitié), au Togo (Hôtel du 2-Février), en Ouganda (Hôtel du Lac Victoria) et en Afrique du Sud (Hôtel Michael Angelo).
D'importantes réalisations ont été faites dans certains pays africains comme le complexe d'habitat au Tchad et le complexe Dialogue au Gabon.
Au Sénégal, une filiale appelée Laaico-Sénégal, d'un capital de 503,700 millions de dollars, a été créée.
Elle intervient dans le tourisme avec la construction d'une tour et d'un hôtel 5 étoiles ainsi que dans l'immobilier pour des coûts prévisionnels estimés entre 150 et 200 millions de dollars.
Au total, une trentaine de pays africains ont bénéficié des investissements libyens: Tunisie, Mauritanie, Sénégal, Guinée, Côte d'Ivoire, Burkina Faso, Ghana, Gabon, Congo, Centrafrique, Tchad, Niger, Egypte, Soudan, Erythrée, Kenya, Ouganda, Tanzanie, Madagascar, Zambie, Afrique du Sud, Gambie, Togo, Bénin, Sao Tomé et Principe, Guinée équatoriale, Liberia, Sierra Leone, Guinée-Bissau, Rwanda, Burundi, Seychelles et Comores.
Dans le souci de renforcer sa position de leader sur le marché africain, le groupe étatique Libyan African Investment Company (Laaico) a établi en janvier 2008 une joint-venture avec le groupe privé Tunisian Travel Service (TTS), propriété de l'homme d'affaires tunisien Aziz Miled, qui a donné le label de la chaîne d'hôtels Laaico Hotels

10 octobre 2010 11:47:00




xhtml CSS