La Guinée équatoriale attendue mercredi au Mécanisme africain d’évaluation par les Pairs

Malabo, Guinée équatoriale (PANA) – Le chef de l’Etat équato-guinéen, Teodoro Obiang Nguema Mbasogo, est attendu mercredi au 15e sommet du Forum des chefs d’Etat et de gouvernement du Mécanisme africain d’évaluation par les Pairs (MAEP) qui se tiendra à Malabo (Guinée équatoriale) en marge du 17ème sommet de l’Union africaine.

A ce forum le chef de l’Etat équato guinéen signera le Protocole d’éccord du MAEP, faisant de son pays ainsi le 31e membre du Forum, après le Liberia qui y a fait son entrée le 29 janvier 2011 à Addis-Abeba (Ethiopie), lors du 16ème sommet de l’Union africaine.

Cet acte d’adhésion au MAEP engage les autorités de la Guinée équatoriale à se faire évaluer dans les domaines de la démocratie, la gouvernance et le développement socio-économique et à mettre en place les structures nationales du MAEP afin de faciliter l’aboutissement du processus d’évaluation.

La structure nationale la plus importante à mettre en place reste la Commission nationale de gouvernance, organisme qui doit être indépendant vis-à-vis du gouvernement, chargé de la définition de l’orientation stratégique et politique de la mise en œuvre du MAEP et au sein duquel devront être représentées toutes les parties prenantes, à savoir: le secteur privé, le Parlement, la société civile, les médias, les jeunes, les femmes, les personnes handicapées, les groupes marginalisés, les populations rurales, le corps judiciaire, etc.  

On rappelle que le MAEP, créé en 2003 dans le cadre de la mise en œuvre du Nouveau partenariat pour le développement de l’Afrique (NEPAD), est un instrument d’auto-évaluation auquel adhèrent librement et volontairement les Etats membres de l’Union africaine (UA).

Il travaille sur la base des principes fondés sur la transparence, la responsabilité et l’absence de toute pression et manipulation politique ou diplomatique, avec comme but primordial d’encourager l’adoption de politiques, normes et pratiques en vue de promouvoir la stabilité politique, une croissance économique élevée, un développement durable et une intégration économique sous-régionale et continentale accélérée.

Le MAEP compte, à ce jour, trente pays membres dont quatorze ont été déjà évalués (Ghana, Rwanda, Kenya, Afrique du Sud, Algérie, Bénin, Ouganda, Nigeria, Burkina Faso, Mali, Mozambique, Lesotho, Maurice et Ethiopie).

Les autres (Angola, Cameroun, Djibouti, Egypte, Gabon, République du Congo, Liberia, Malawi, Mauritanie, Sao Tome

28 juin 2011 11:59:42




xhtml CSS