La France ne reconnaît pas l’interdiction de survol décidée par Laurent Gbagbo

Paris, France (PANA) – La France ne reconnaît pas l’interdiction de survol et d’atterrissage sur le territoire ivoirien décidée par le président sortant Laurent Gbagbo contre les forces de l’Opération des Nations unies en Côte d’Ivoire (ONUCI) et la force "Licorne", a déclaré jeudi à Paris le porte-parole du ministère français des Affaires étrangères, Bernard Valero.

S’exprimant lors d’un point de presse, M. Valero a qualifié de "nulle et non avenue" la décision prise par Laurent Gbagbo alors qu'Alassane Ouattara, président reconnu par la communauté internationale, se trouvait à Addis-Abeba pour la réunion du Panel de l’Union africaine sur la Côte d’Ivoire.

"Les autorités légitimes de Côte d’Ivoire ont confirmé à nouveau hier (mercredi) que l’ONUCI et "Licorne" sont toujours autorisées à survoler et atterrir sur toute l’étendue du territoire de la République de Côte d’Ivoire", a-t-il insisté.

Le porte-parole du Quai d’Orsay a par ailleurs exigé que M. Gbagbo fasse cesser les entraves à l’action de l’ONUCI et de "Licorne", ainsi que les violences contre les civils.

Plusieurs chefs d’Etat africains sont réunis mercredi et jeudi dans la capitale éthiopienne pour valider les dernières propositions africaines de sortie de la crise post-électorale ivoirienne.

La réunion se tient alors que des signes font craindre le basculement du pays dans la guerre civile.

-0- PANA SEI/TBM/IBA  10mars2011

10 mars 2011 13:27:50




xhtml CSS