La FIJ condamne l'emprisonnement d'un journaliste au Somaliland

Nairobi- Kenya (PANA) -- La Fédération internationale des journalistes (FIJ) a condamné lundi la peine d'emprisonnement de cinq mois infligée au journaliste somalien, Mohamed Abdi Guled, le rédacteur en chef de l'hebdomadaire privé, "Yool", par un tribunal dans la province semi-autonome du Somaliland.
Selon un communiqué signé par le directeur du Bureau de la FIJ pour l'Afrique, Gabriel Baglo, "M.
Guled a été envoyé en prison la semaine dernière pour diffusions de fausses nouvelles et publication d'un journal non autorisé à la vente".
"Les journalistes au Somaliland continuent à faire l'objet de mesures d'intimidation intolérables comme l'emprisonnement arbitraire, qui les empêchent de travailler librement.
Nous condamnons ces pratiques visant à supprimer le reportage indépendant et le passage au crible des agissements des hautes autorités", a dénoncé M.
Baglo.
M.
Guled avait été arrêté le 26 février, suite à la publication deux jours auparavant d'un article sur les exécutions extra-judiciaires au Somaliland, blâmant certains hauts responsables du gouvernement pour leur rôle dans ces meurtres.
Le juge a condamné M.
Guled sur la base des déclarations d'un témoin anonyme, qui n'a pas été contre-interrogé par la défense comme il se doit.
L'Union nationale des journalistes de la Somalie (NUSOJ), affiliée à la FIJ, a également vivement condamné cette décision qu'il a qualifiée de grave erreur judiciaire.
"Cette décision entre dans le cadre d'une campagne de harcèlement inacceptable destinée à réduire la presse au silence", indique le communiqué de la NUSOJ, qui cite son Secrétaire général, Omar Faruk Osman.
"C'est une grave erreur judiciaire contre notre collègue, qui ne devrait pas être maintenue", a-t-il martelé.
La FIJ a invité les autorités du Somaliland à libérer immédiatement M.
Guled et à s'assurer que les droits des journalistes et la liberté de la presse soient respectés dans le pays.

23 mars 2009 13:16:00




xhtml CSS