La FIDH exhorte les nouvelles autorités nigérianes à localiser les filles enlevées à Chibok

Abidjan, Côte d’Ivoire (PANA) – La Fédération internationale des Ligues des droits de l’Homme (FIDH) a exhorté lundi, à la veille du premier anniversaire de l’enlèvement de 276 lycéennes à Chibok par le groupe armé Boko Haram, les nouvelles autorités du Nigeria et le président nouvellement élu, à "impérativement localiser les jeunes filles, informer leurs proches, protéger celles qui sont en vie et les rendre à leur famille".

"La FIDH exhorte les autorités du Nigeria à prendre toutes les mesures en leur pouvoir, conformément au droit international des droits humains, pour localiser les jeunes filles et assurer leur protection. Le Nigeria a l’obligation de garantir leur sécurité, leur intégrité physique et morale, ainsi que leur droit à la justice et à la réparation. Et il doit urgemment informer les familles du sort de leurs filles, car cette attente est insupportable", souligne le communiqué transmis à la PANA.

Pour le président de la FIDH, Karim Lahidji, le gouvernement de Goodluck Jonathan a échoué à prévenir ces crimes, à poursuivre et punir les responsables et à protéger les victimes.

"Le nouveau président doit impérativement faire mieux et vite", a-t-il souhaité.

On rappelle que le 14 avril 2014, le groupe Boko Haram a enlevé 276 lycéennes à Chibok, dans l’État de Borno dans le Nord du Nigeria. Certaines ont pu s’échapper tandis qu’il en reste encore en captivité. Après l’enlèvement des lycéennes, Boko Haram avait annoncé qu’elles seraient vendues, réduites en esclavage et mariées de force.

Depuis 2009,  ce sont environ 13 mille personnes qui auraient été tuées par Boko Haram, principalement au Nord, et approximativement 1,5 million de personnes seraient réfugiées ou auraient été déplacées à l’intérieur du pays par le conflit.

Dans le seul État de Borno, depuis 2013, Boko Haram aurait enlevé entre 500 et 2000 femmes, ciblant en particulier les étudiantes et les enseignantes.

En février dernier, la FIDH a publié un rapport : "Nigeria : les crimes de masse de Boko Haram" , qui documente les crimes commis par le groupe depuis sa création en 2002.


-0- PANA BAL/IS/SOC 13avr2015

13 avril 2015 17:49:42




xhtml CSS