La FAO salue le soutien libyen à la sécurité alimentaire

Tripoli- Libye (PANA) -- Le directeur général de l'Organisation des Nations-unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), Jacques Diouf, a qualifié, jeudi, d'"excellentes" les relations existant entre son institution et la Libye, soulignant que les deux parties coopèrent dans l'exécution de projets aux niveaux national, régional et continental.
Au cours d'une conférence de presse tenue à Tripoli au terme d'une visite de deux jours en Libye, M.
Diouf a indiqué avoir eu des entretiens avec le colonel Mouammar Kadhafi ainsi qu'avec des responsables libyens chargés de l'Agriculture et des Relations extérieures et avoir visité à Syrte (centre du pays) le Centre de développement des projets qui seront exécutés dans le cadre de l'Union africaine (UA).
Le directeur général de la FAO a ajouté que la FAO coopère avec la Libye sur le plan bilatéral dans des activités relatives à l'amélioration des capacités de recherche agricole dans le pays, dans le domaine de l'amélioration des semences ainsi qu'en matière de lutte contre la désertification et de la protection de l'environnement dans la région du Djebel Al-Akhdhar (nord-est de la Libye).
Il a souligné aussi que les deux parties coopèrent dans un projet de recherche sur l'investissement à moyen terme dans le cadre d'un plan global visant le développement de l'agriculture en Afrique adopté par le sommet de l'UA à Maputo, au Mozambique.
Le DG de la FAO a indiqué d'autre part que son institution agit également, dans un autre cadre de coopération, avec la Communauté des Etats sahélo-sahariens (CEN-SAD), pour l'exécution d'un programme spécial sur la sécurité alimentaire dans cinq pays membres de ce regroupement régional, à savoir le Burkina Faso, le Niger, le Mali, le Tchad et le Soudan.
M.
Diouf a ajouté que ce programme, dont le coût est estimé à 9,300 millions de dollars, est en cours d'exécution avec le soutien de la Libye et vise à tirer profit des potentialités d'irrigation disponibles dans ces pays pour le bénéfice des petits agriculteurs.
Il a souligné aussi que le programme en question tend également à améliorer le gestion et l'exploitation de la technologie et la diversification de la production animale, en vue d'augmenter la production agricole.
Le patron de la FAO a précisé que ce projet a aussi pour objectif de traiter les entraves sociales et économiques liées à l'appropriation des terres, à l'utilisation des eaux, à l'accès aux intrants agricoles, à résoudre les problèmes de transport ainsi que d'accès aux marchés et à l'acquisition de la technologie.
Il a, sur ce plan, affirmé qu'il a été convenu (lors de ses entretiens avec les responsables libyens), la formation d'une mission regroupant le représentant de la Libye auprès de la FAO, des représentants de la FAO et de la CEN-SAD pour examiner les problèmes que rencontre ce projet dans ces pays.
M.
Diouf a souligné qu'il a également été question d'étudier les possibilités de l'élargissement du projet de la sécurité alimentaire à sept autres pays de la CEN-SAD dont l'Erythrée, la Guinée-Bissau, le Sénégal et le Togo.
Le responsable onusien a ajouté que la FAO oeuvre aussi avec la coopération de la Libye dans la lutte contre les criquets pèlerins dans la région et en Afrique du Nord, adressant au passage ses remerciements à la Jamahiriya libyenne pour l'appui qu'elle a apporté aux pays frappés par ce fléau.
Le directeur général de la FAO a ajouté que cette visite lui a permis de discuter des actions opérées par son institution en ce qui concerne les décisions du sommet de l'UA d'Abuja en matière d'agriculture.
"La FAO a élaboré un document complémentaire au Plan global de développement de l'agriculture en Afrique portant essentiellement sur la richesse animale, les forêts et la pisciculture et ce en collaboration avec la Commission de l'UA et le Secrétariat exécutif du NEPAD, document qui sera présenté au sommet de l'Union africaine dans la ville libyenne de Syrte en juillet prochain", a-t-il dit.
Il a ajouté que son organisation oeuvre aussi avec la Banque africaine de développement pour, en consultation avec la Commission de l'UA et le Secrétariat exécutif du NEPAD, préparer un document sur le Plan global de développement de l'agriculture en Afrique.
"La FAO s'active aussi pour élaborer un rapport sur le Programme régional de contrôle des eaux en Afrique et l'amélioration de leur gestion qui mettra l'accent sur la technologie et la gestion des barrages et des systèmes d'irrigation existant.
Il comportera aussi un aspect à long terme portant sur le développement des bassins des grands fleuves tels que le Congo, le Niger, le Nil et autres", a-t-il ajouté.
M.
Diouf a précisé aussi que l'Afrique exploite 7% seulement de ses terres agricoles contre 40% en Asie, parce que l'Afrique exploite uniquement 4% des eaux disponibles pour l'irrigation.
Il a affirmé que le problème des eaux constitue une priorité dans les préoccupations du guide Mouammar Kadhafi, rappelant que la Jamahiriya libyenne avait abrité un sommet extraordinaire sur les eaux et l'agriculture en Afrique en février 2004.
Jaques Diouf a enfin adressé ses remerciements au colonel Kadhafi pour le soutien qu'il apporte à son organisation et à sa propre personne, en ce qui concerne sa réélection à la tête de l'agence spécialisée des Nations-unies.

06 mai 2005 11:48:00




xhtml CSS