La Centrafrique suspendue de l'OIF

Bruxelles, Belgique (PANA) - Suite au rapport rendu par l'ancien ministre belge des Affaires étrangères, Louis Michel, nommé Envoyé spécial de l'Organisation internationale de la Francophonie (OIF) pour la Centrafrique, qui vient d'effectuer une mission dans les pays de la sous-région de l'Afrique centrale, l'OIF a décidé se suspendre de ses instances ce pays où la rébellion de la Séléka s'est emparée du pouvoir.

Cette décision a été prise à l'issue d'une réunion extraordinaire  du Conseil permanent de la Francophonie (CPF), tenue lundi à Paris, indique un communiqué de l'OIF transmis à la PANA à Bruxelles.

Dans ce communiqué, l'OIF souligne que cette décision découle de la Déclaration de Bamako stipulant que:  "pour préserver la démocratie, la Francophonie condamne les coups d'Etat et toute prise de pouvoir par la violence, les armes ou quelque autre moyen illégal".

Les membres du CPF ont décidé de prononcer la suspension de la Centrafrique, tout en reconnaissant la décision prise par les chefs d'Etat et de gouvernement de la Communauté économique des Etats de l'Afrique centrale (CEEAC), instaurant un dispositif institutionnel de transition en Centrafrique, composé d'un président de transition, d'un Conseil national de transition, d'une Cour constitutionnelle de transition et d'un Gouvernement d'union nationale et accepté par les nouvelles autorités centrafricaines.

Le CPF se réunira la prochaine fois le 28 juin 2013, en fonction des avancées constatées dans le processus de sortie de crise, notamment la mise en oeuvre des mesures destinées à rétablir l'ordre constitutionnel, précise le communiqué de l'OIF.
-0- PANA AK/TBM/IBA   09avril2013

09 avril 2013 16:23:11




xhtml CSS