La Cedeao s’engage à lutter contre le chômage des jeunes béninois

Cotonou, Bénin (PANA) - Le président de la Commission de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao), Marcel de Souza, s’est engagé à aider le Fonds national de Promotion de l’entreprise et de l’Emploi des jeunes du Bénin (Fnpeej), dans la lutte contre le chômage et le sous-emploi des jeunes, selon un communiqué publié par l’institution sous- régionale.

Selon ce communiqué dont la PANA a obtenu copie, M. de Souza s’est engagé à appuyer le Fnpeej dans le domaine du renforcement des capacités et en matière de recherche de financement à travers des institutions telles que la Banque islamique de développement (Bid), l’Union européenne et la Banque arabe pour le développement économique en Afrique (Badea).

Il a également évoqué d’autres pistes de recherche de financement et de soutien au Fnpeej par le truchement du Programme de lutte contre l’immigration, le Projet de 50 millions de chefs d’entreprises, de même que le Programme israélien de bourses pour l’agriculture et la recherche agronomique.

Le président de la Commission de la Cedeao a reconnu les difficultés d’accès des jeunes à l’emploi, et a invité le Fnpeej à encourager et soutenir ces derniers dans la création de leurs propres entreprises. Quant aux jeunes, il les a exhortés à s’investir davantage dans l’agro-business qui ne nécessite pas beaucoup de ressources.

Vendredi, rappelle-t-on, le directeur général du Fnpeej, Modeste Tihounté Kérékou, a porté devant la Commission de la Cedeao, la problématique du chômage et du sou- emploi des jeunes béninois et ouest-africains.

M. Kérékou a exposé les difficultés que rencontre actuellement le Fnpeej, et a sollicité l'appui de la Cedeao, ses orientations et ses conseils pour recadrer, soutenir et mettre sur le droit chemin sa structure.

Au nombre de ces difficultés, le faible taux de remboursement des crédits octroyés aux jeunes, la réticence des systèmes financiers décentralisés à financer des jeunes primo-créateurs d’entreprises sans garanties réelles, la faible culture entrepreneuriale des jeunes ainsi que les taux d’intérêts élevés des prêts accordés aux jeunes par les banques.

Le Fnpeej, rappelle-t-on, doit financer actuellement des projets de plus de 500 jeunes béninois alors qu’il dispose de ressources financières limitées avec des besoins en matière de renforcement des capacités et de ressources financières.

Les recrutements par ce fonds, déplore-t-on, sont gelés et des dizaines de milliers de jeunes diplômés sont sans emploi, bien que l’entrepreneuriat soit la solution à la résorption du chômage et à l’immigration clandestine des jeunes, souligne M. Kérékou qui a sollicité « l’appui et le soutien de l’organisation régionale au Fnpeej pour l’aider à satisfaire la forte demande des jeunes béninois dans le cadre du financement de leurs projets ».
-0-PANA IT/BEH/IBA 30avr2017

30 avril 2017 09:26:48




xhtml CSS