La CPI forme des magistrats en Centrafrique

Abidjan, Côte d'Ivoire (PANA) - Une formation de trois jours des magistrats, initiée par la Cour pénale internationale (CPI), a débuté mercredi à Bangui, la capitale centrafricaine, indique un communiqué de la juridiction pénale jeudi.  

Au cours de cette formation, huit magistrats de la Cour pénale spéciale et huit magistrats du système judiciaire centrafricain discuteront avec des intervenants du Greffe et du Bureau du Procureur de la CPI sur des questions d’intérêt commun telles que l'efficacité des enquêtes et poursuites, la coopération, la protection des victimes et témoins, ou encore la sensibilisation du public. 

La Cour pénale spéciale a été créée en 2016 pour juger les crimes internationaux commis en Centrafrique à partir de 2003.

"La détermination des autorités et du peuple centrafricains à inscrire la lutte contre l’impunité dans leurs efforts pour trouver une issue durable au conflit armé persistant sur le territoire national demeure intacte. Nous sommes en effet profondément convaincus que la paix et la justice vont de pair, et qu’une paix sans justice n’est qu’un château de cartes", a déclaré le Premier ministre centrafricain, Mathieu Simplice Sarandj, à l'ouverture de la session de formation.

Quant au procureur de la CPI, Fatou Bensouda, elle a rappelé que "forts de nos efforts communs avec les juridictions ordinaires centrafricaines, nous allons résolument poursuivre nos actions contre l’impunité des crimes graves commis en Centrafrique. Le partage d’expériences et de meilleures pratiques nous permettront d’œuvrer ensemble dans nos efforts engagés pour rendre justice aux milliers de victimes des crimes atroces commis dans ce pays".

Cette formation, qui prend fin vendredi, fait partie des efforts continus de la CPI en vue de renforcer la coopération et la complémentarité.

Elle est organisée par la CPI, en étroite collaboration avec la Cour pénale spéciale et le gouvernement centrafricain, ainsi qu’avec le soutien financier de la Commission européenne.

La CPI mène actuellement deux enquêtes distinctes en Centrafrique pour des crimes de guerre et crimes contre l’humanité qui auraient été commis en 2002 et 2003 puis à partir de 2012.

Les enquêtes du procureur se poursuivent afin d’identifier les auteurs des crimes les plus graves et d’engager des poursuites à leur encontre.

Les activités de la CPI restent complémentaires aux procédures engagées au niveau national.
-0- PANA BAL/BEH/SOC 22mars2018

22 mars 2018 21:27:08




xhtml CSS