La CEEAC valide trois grands axes de lutte contre le SIDA dans la sous-région

Brazzaville, Congo (PANA) - Les ministres des pays membres de la Communauté économique des États de l’Afrique centrale (CEEAC) viennent de valider à Brazzaville trois axes prioritaires sur cinq de lutte contre le VIH/SIDA, à l’issue d’une table ronde axée sur la responsabilité partagée et la solidarité régionale pour la lutte contre ce fléau dans la sous-région, annonce un communiqué officiel.

Sur le premier axe, basé sur la lutte contre le VIH/SIDA en Afrique centrale, la réflexion a porté sur la réflexion sur la lutte contre la transmission de la mère à l’enfant.

En effet, les estimations les plus récentes montrent que la sous-région Afrique centrale enregistre le plus faible taux au niveau de la couverture médicale sur cette pandémie, avec un taux de 3,7 pc.

Néanmoins, quelques engagements ont été pris comme la réduction du taux de transmission du VIH/SIDA de la mère à l’enfant, voire également la prise en charge précoce du SIDA pédiatrique.

De même, les ministres ont estimé que d’autres aspects, comme la prévention, pourront être pris en charge dans ce volet.

Le deuxième axe validé par les ministres concerne l’approvisionnement, la disponibilité et l’accessibilité des antirétroviraux, couplés à l’harmonisation des politiques pharmaceutiques ainsi qu’aux régimes thérapeutiques du VIH.

Le troisième axe porte sur les projets de coordination, de gouvernance et sur le partenariat international.

Cet axe vise en conséquence à asseoir une politique communautaire fondée sur la surveillance, le suivi et l'évaluation des activités de lutte contre cette pandémie.

D’autre part, au titre des deux autres axes qui ne sont pas les moindres et qui ne sont pas traités, leur prise en charge pourra être prise lors de la deuxième phase d’application du plan stratégique.

Pour la concrétisation de cette vision, un accent particulier sera principalement mis sur la prévention et le contenu des soins.

En définitive, le conseil a retenu comme condition nécessaire et indispensable de réussite pour le bon fonctionnement du plan auprès des populations de la sous-région, la standardisation du protocole de prise en charge, de sorte qu’un patient quittant un pays de la sous-région puisse être pris en charge par le même protocole.

Enfin, le Conseil des ministres a recommandé le renforcement des capacités des institutions nationales en matière de promotion et de protection des droits humains pour toutes les personnes vivant avec le VIH.

Par ailleurs, un projet de budget de 13 millions de dollars du plan stratégique CEEAC au titre de l’exercice 2014-2018 et la déclaration des ministres de la Santé sur la responsabilité partagée et la solidarité régionale pour la lutte contre le VIH/SIDA ont été adoptés par les ministres.

La CEEAC regroupe dix pays:  Angola, Burundi, Cameroun, Centrafrique, Congo, République démocratique du Congo, Gabon, Guinée équatoriale, Sao Tomé et Principe et Tchad.
-0- PANA MB/JSG/IBA 03sept2013

03 septembre 2013 10:09:27




xhtml CSS