La CEDEAO préoccupée par l'injonction de scrutin en Sierra Leone

Freetown, Sierra Leone (PANA) - La Commission de la CEDEAO a noté avec inquiétude l'injonction provisoire émise par une Haute Cour, samedi dernier, interdisant à la Commission électorale nationale (NEC) et au Commissaire électoral principal de la Sierra Leone de procéder à la préparation de l'élection du second tour de la présidentielle du 27 mars.

Dans un communiqué, la Commission a noté que le processus électoral en cours jusqu'au moment de l'annonce des résultats des élections générales du 7 mars avait été généralement pacifique, à l'exception d'incidents mineurs.

La Commission "appelle donc au calme et souligne la nécessité pour les citoyens et tous les acteurs politiques, ainsi que les parties prenantes, de rester respectueux de la loi et de permettre aux organes nationaux de gestion des élections de remplir leur mandat constitutionnel".

Le communiqué a en outre enjoint à toutes les institutions gouvernementales «d'assumer leurs pleines responsabilités et de faire respecter la primauté du droit», tandis que «les agences de sécurité devraient assurer la protection des vies et des biens».

Il a indiqué que la Commission de la CEDEAO suit de près l'évolution de la situation en Sierra Leone et souhaite réitérer son soutien continu au pays dans cette conjoncture critique de son histoire politique.

"Cela est cohérent avec le mandat de la CEDEAO et sa volonté de consolider la paix et la stabilité, et surtout sa position de principe de consolider la démocratie et la bonne gouvernance en promouvant des élections crédibles et une tolérance zéro pour l'ascension au pouvoir par des moyens anticonstitutionnels", ajoute le communiqué.

Il a pris note des progrès de la gouvernance dans la région avec tous les Etats membres de la CEDEAO appliquant désormais un système démocratique.

"La Commission souhaite par conséquent rappeler à tout le monde les conséquences, au titre des protocoles et instruments pertinents, des actes susceptibles de compromettre les références démocratiques largement reconnues de la région", souligne le communiqué.

Pendant ce temps, le professeur Amos Sawyer, chef de la mission d'observation électorale de la CEDEAO qui compte 55 membres, a demandé aux observateurs d'être vigilants et d'attendre les prochaines étapes au fur et à mesure que la situation politique évoluera.

Lors de l'orientation des observateurs à Freetown, dimanche, le gouvernement intérimaire de l'ancien président du Liberia a souligné la nécessité de protéger l'intégrité du processus électoral.

Le professeur Sawyer, qui a également dirigé les 55 membres de l'équipe d'observation de la CEDEAO au premier tour de scrutin, a encouragé tous les acteurs sierra-léonais à veiller à ce que le processus électoral soit mené à bien et de manière pacifique.

De même, le Commissaire aux affaires politiques, à la paix et à la sécurité de la CEDEAO, le général Francis Behanzin, a appelé à la patience, exhortant les Sierra-Léonais à reproduire la détermination et la résilience dont ils ont fait preuve jusqu'ici dans le processus électoral.

M. Remi Ajibewa, directeur des affaires politiques, et M. Francis Oke, chef de la Division de l'assistance électorale, ont invité les observateurs à suivre la méthodologie d'observation, le code de conduite et d'autres aspects de leurs responsabilités, l'équipe de base d'observation ayant fourni les contextes juridiques et politiques et d'autres éléments pour une mission d'observation réussie.

La Commission électorale nationale (NEC) de Sierra Leone a déclaré samedi, qu'elle avait stoppé tous les préparatifs pour le second tour de la présidentielle après avoir reçu un avis officiel de l'injonction contre la conduite des élections.

Dans un communiqué publié à Freetown, le président de la NEC, Mohamed N'fah-Alie Conteh, a déclaré : "Notant que l'affaire sera renvoyée devant le tribunal lundi 26 mars, la Commission cessera temporairement tout préparatif logistique pour le second tour.

"Nous appelons la population de la Sierra Leone à être patiente, car nos institutions s'acquittent de leurs tâches respectives, conformément à la Constitution.

"Nous attendons avec impatience le soutien continu du secteur de la police et de la sécurité de la Sierra Leone pour sécuriser les locaux, le personnel et le matériel électoral sensible de la NEC".

Le second tour a été mis en doute suite à l'ordre de la Haute Cour d'interrompre le vote en attendant l'audition d'une requête déposée par un avocat au sujet de prétendues malversations lors du premier tour, le 7 mars.

Le recours, déposé par Ibrahim Sorie Koroma, un membre du parti au pouvoir All People's Congress (APC), a surtout pour objet le recomptage des 2,6 millions de voix obtenues lors du premier tour et d'un audit judiciaire du système électoral.

Le second tour de l'élection présidentielle aura lieu entre Julius Maada Bio, du Parti populaire de la Sierra Leone (SLPP) de l'opposition, et le Dr Samura Kamara du Congrès général du peuple (APC) au pouvoir.

M. Bio a reçu 43,3% (soit 1,097 million de voix), suivi de Kamara 42,7% (soit 1,082 million de voix).

Le gagnant succédera au président Ernest Bai Koroma qui termine son deuxième mandat et n'est donc pas éligible.
-0- PANA PR/MA/MTA/IS/SOC 26mars2018

26 Março 2018 18:58:33




xhtml CSS