La CEDEAO exhorte à la ratificaton de l'accord de Cotonou

Lagos- Nigeria (PANA) -- Les délégués au séminaire régional, tenu à Cotonou ont appelé à "une rapide ratification" de l'accord de Cotonou 2000, conclu entre l'Union européenne et le groupe des pays d'Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (ACP), pour permettre le décaissement des fonds inscrits au neuvième Fonds européen de développement (FED).
La CEDEAO a déclaré, dans un communiqué rendu public mardi, à Abuja, que les participants ont lancé cet appel lors de leur réunion, tenue du 30 juillet au 3 août, à Cotonou, sur les négociations de l'Accord de partenariat économique (APE).
Elle a, en outre, révélé que seuls 13 des 77 pays ACP signataires de l'accord de Cotonou, conclu le 23 juin 2000, l'ont ratifié, alors qu'un seul des 15 membres de l'UE l'a signé.
La ratification permettra aux pays ACP d'accéder aux 13,5 milliards d'euros que l'UE a prévu de dépenser, entre 2000 et 2005, pour financer des programmes d'éradication de la pauvreté dans les pays en développement, ainsi qu'aux 9,9 milliards d'euros, au titre des engagements en suspens dans le cadre des FED précédents et à la somme de 1,7 milliard d'euros, qui sera fournie par la Banque européenne d'investissement.
Les participants au séminaire de Cotonou sont venus des 15 pays membres de la CEDEAO, de l'Union monétaire et économique de l'Afrique de l'Ouest (UEOMA) et du Secrétariat de l'UE et des ACP à Bruxelles.
La CEDEAO a fait remarquer que la rencontre n'était qu'un volet du processus mis en oeuvre pour préparer les Etats membres des ACP aux négociations des EPA, prévues en septembre 2002.
L'accord de Cotonou remplace la Convention de Lomé, restée en vigueur pendant 25 ans.

07 août 2001 22:38:00




xhtml CSS