La CEDEAO concentre 60 pour cent des exportations du Maroc vers l’Afrique

Cotonou, Bénin (PANA) - La Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) a concentré en 2016, 60% des exportations marocaines vers l’Afrique, selon le document de base soumis aux experts de ladite communauté en conclave depuis lundi à Cotonou.

"Au niveau continental, une part non négligeable du commerce marocain se fait avec les Etats de la CEDEAO, avec environ 60% des exportations marocaines vers l’Afrique (hors Afrique du Nord) se faisant à destination de la CEDEAO", souligne ce document dont la PANA a obtenu copie.

Dans la période, le Sénégal, la Cote d’Ivoire et le Nigeria constituent les trois principaux clients des exportations marocaines (plus de la moitié des flux) et le Nigeria, la Guinée et la Côte d’Ivoire les trois principaux fournisseurs du Maroc (plus de 70% des importations).

Au sein de la CEDEAO, le Sénégal et la Cote d’Ivoire représentent les deux principaux clients et fournisseurs de la Tunisie (plus de la moitié des flux), indique le document.
Les huiles végétales, les fruits et légumes et les boissons constituent les principaux produits d’exportation tunisiennes vers la CEDEAO et celles du Maroc sont principalement constituées des produits chimiques et plastiques (notamment les engrais et les médicaments), des produits alimentaires (essentiellement poissons, jus de fruits, farines), des machines et équipements, du papier et cartons et des produits et structures métalliques.

L’étude souligne que les échanges commerciaux des Etats de la CEDEAO sont globalement faibles avec le Maroc (0,19% des exportations et 1,29% des importations en 2016) et la Tunisie (0,11% des exportations et 0,24% des importations en 2016).

Toutefois, en 2016, les importations des Etats de la CEDEAO en provenance du Maroc étaient 5 fois plus élevées que celles en provenance de la Tunisie. Les exportations à destination du Maroc représentaient le double des flux vers la Tunisie, fait-on remarquer.

Réunis depuis lundi à Cotonou, les experts de la CEDEAO auront à examiner "les implications du potentiel élargissement de la CEDEAO et la Zone de libre échange continentale africaine (ZLECA)".

Ils se pencheront sur les potentielles implications de l’élargissement de la CEDEAO sur le chantier de la ZLECA afin d’enrichir les résultats préliminaires du projet de rapport proposé par la Commission économique pour l’Afrique (CEA) en vue de formuler des recommandations pour un élargissement économiquement et socio-économiquement avantageux pour les différentes parties et surtout pour l’effectivité de la ZLECA.

Les experts présents à Cotonou mettront l’accent sur les implications économiques, notamment en termes de flux commerciaux et de recettes publiques, les implications sur le bien-être de la population, afin d’identifier et discuter
des principaux défis et enjeux économiques pour la CEDEAO et également pour les candidats à l’adhésion.

La réunion des experts prend fin ce mardi.
-0- PANA IT/TBM/IBA  26juin2018  

26 june 2018 07:37:44




xhtml CSS