La CE pour les initiatives en matière de droits des consommateurs

Dakar- Sénégal (PANA) -- La Commission européenne (CE) prévoit de réserver un accueil favorable aux initiatives des pays d'Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (ACP) visant à intégrer les activités relatives aux droits des consommateurs et à la protection de la santé, a annoncé le nouveau Commissaire européen au Développement.
Selon un communiqué du bureau régional pour l'Afrique de "Consumers International" basé à Harare, Louis Michel a déclaré que les initiatives des pays ACP seront intégrées dans les Programmes indicatifs nationaux (NIP) et les programmes régionaux de la CE, à condition que ces initiatives proviennent de pays individuels ACP.
Ce geste, indique le même communiqué, est une réaction aux questions soulevées par l'eurodéputé Max van der Berg et par le député burkinabé Achille Tapsoba lors de la huitième session de l'Assemblée parlementaire mixte UE-ACP qui s'est tenue à La Haye (Pays-Bas) du 22 au 25 novembre.
"Consumers International" salue cette position "comme l'encouragement le plus significatif" des efforts de protection de la santé et des consommateurs au niveau des pays ACP et comme "un soutien franc aux initiatives et activités des organisations de consommateurs en faveur de l'application de politiques de consommation efficaces dans ces pays".
M.
Michel a insisté sur le fait que la défense des droits des consommateurs et de la protection de la santé aussi bien dans les pays ACP que de l'UE "est tout à fait conforme à nos valeurs et à nos objectifs".
Cette position semble être conforme à l'accord de partenariat ACP-UE signé le 23 juin 2000 à Cotonou (Bénin), qui implique une innovation majeure, à savoir l'élargissement de ce partenariat à des acteurs non étatiques tels que les municipalités, les syndicats, le secteur privé et les organisations de la société civile, comme les associations de consommateurs, souligne encore le communiqué.
Selon cet accord, les organisations de la société civile doivent être impliquées dans les consultations et la planification de stratégies nationales de développement, pouvoir accéder aux ressources et être impliquées dans la mise en oeuvre des programmes.
En d'autres termes, les organisations de consommateurs sont encouragées à prendre une part active au processus menant à la formulation des programmes indicatifs nationaux, explique le communiqué.
Cependant, une étude récente effectuée par le bureau pour l'Afrique de "Consumers International" a montré qu'à peine 33% des organisations de consommateurs interrogées ont été consultées par leurs gouvernements sur la planification des NIP et que seule une organisation de consommateurs a été consultée sur les négociations pour les accords de partenariat économique.
L'étude montre aussi que seulement 20% des associations de consommateurs disposent d'informations sur les Accords de partenariat économiques prévus et que ces informations leur ont été communiquées par le Bureau pour l'Afrique de "Consumers International".
L'Article 51 de l'Accord de Cotonou est un instrument pour les pays ACP pour aider les organisations de consommateurs à surveiller le marché et repousser les pratiques qui pourraient avoir un impact négatif sur leurs intérêts économiques.
"Consumers International" a plaidé et fait pression pour l'adoption de l'Article 51.

03 décembre 2004 20:59:00




xhtml CSS