La BID soutient les services de santé et d'éducation au Nigeria

Lagos- Nigeria (PANA) -- La Banque islamique de développement (BID), institution internationale appliquant un taux zéro d'intérêt financier, a accordé au Nigeria une assistance technique et un appui au commerce tout en finançant des projets dans divers secteurs de l'économie nigériane pour un montant global de 288,6 millions de dollars au mois de décembre dernier.
Selon le rapport annuel de la BID pour 2009, au total 45 projets, estimés à 180 millions de dinars islamiques (288,6 millions de dollars), sont en cours dans le pays le plus peuplé d'Afrique, sous l'égide de cette institution dont le siège se trouve à Djeddah, en Arabie saoudite.
Les interventions de la BID an Nigeria ont concerné des secteurs-clé comme la santé, l'éducation, les infrastructures et le développement financier.
Un de ses domaines d'intervention est l'assistance au renforcement des capacités de la Banque centrale du Nigeria (CBN) pour l'élaboration d'un cadre réglementaire et de supervision en vue du lancement prochain d'un système bancaire islamique dans ce pays.
«Il est évident que si vous savez comment un système fonctionne, vous avez de meilleures chances de réussir», a déclaré à la PANA un journaliste économique nigérian, Acheme Jack.
«Alors que nous nous préparons à lancer le système bancaire islamique au Nigeria, il est important que les usagers soient formés à l'ensemble de son fonctionnement.
Actuellement, la CBN travaille sur le code du lancement de la banque islamique.
L'assistance au renforcement des capacités fournie par la BID est opportune et va bénéficier à l'économie à long terme», a-t-il déclaré.
Le Nigeria, qui est l'un des 25 membres africains de la BID, a récemment augmenté à 8,6 pour cent son taux de participation au capital de l'institution, dont le montant s'élève à deux milliards de dollars, alors que la banque octroie aussi des bourses aux étudiants indigents.
Ainsi, 377 d'entre eux poursuivent des études dans différentes filières dans les universités nigérianes.
Au total, 855 bourses ont été attribuées dans le pays, dont 462 ont bénéficié à des étudiants qui ont ainsi réussi à boucler leur cycle d'études.
En outre, la BID encourage les diplômés à former des associations au sein de leurs différentes communautés et à soumettre des propositions pour financer une partie des activités de service communautaire.
En 2009, une vingtaine d'associations était implantée dans 18 pays bénéficiaires, dont trois au Nigeria.
Au mois de décembre de l'année dernière, les financements cumulés de la BID pour le secteur de l'éducation ont atteint 1,33 milliard de dinars islamiques (1,83 milliard de dollars) pour 362 opérations à travers les pays membres.
En particulier, pour la seule année dernière, 10 opérations à but pédagogique ont été approuvées, pour un montant de 29,2 millions de dinars islamiques (44,9 millions de dollars) dans les pays membres.
Quelque 17,3 millions de dollars ont été approuvés l'année dernière pour la construction de quatre écoles secondaires scientifiques (deux pour les garçons et deux pour les filles) dans la ville de Kaduna (nord).
C'est le plus important projet approuvé en 2009 dans le cadre du portefeuille destiné à l'éducation.
La BID finance également la construction d'un hôpital spécialisé de 300 lits à Kaduna à hauteur de 43,15 millions de dollars sur un coût total de 74,05 millions de dollars.
Le principal objectif de ce projet est de fournir des services de santé complets et de qualité pour prendre le relais des structures sanitaires primaires et secondaires du Nigeria et des pays voisins.
«Je pense que c'est une bonne initiative que la Banque islamique de développement soit impliquée dans la construction d'écoles, la prestation de services de santé et l'octroi de bourses aux étudiants dans le pays.
Elle propose un système économique alternatif crédible qui n'est pas fondé sur l'exploitation des individus.
Même en Europe, on réclame désormais une économie basée sur un taux d'intérêt zéro», a déclaré un universitaire musulman basé à Lagos, Tajudeen Yinka Sallam.
La BID collabore également avec la Banque africaine de développement (BAD) au financement du secteur énergétique nigérian.
Les deux institutions ont proposé d'y participer à hauteur de cinq milliards de dollars.
Au vu de son assistance incommensurable au Nigeria, les autorités de ce pays ont assuré qu'elles continueront à maintenir un partenariat avec la BID.
Lors d'une visite au siège de la BID à Djeddah, le 3 septembre dernier, le vice-président du Nigeria, Mohammed Namadi Sambo, a réaffirmé la détermination de son pays à renforcer ses relations avec le Groupe de la BID.
Il avait souligné que le Nigeria considérait cette banque comme un partenaire pour atteindre son niveau souhaité de développement socioéconomique.

10 octobre 2010 11:50:00




xhtml CSS