La Belgique regrette l’interdiction de la projection d’un film sur les violences sexuelles en RD Congo

Abidjan, Côte d’Ivoire (PANA) - Le gouvernement belge a regretté l’interdiction par les autorités de la République démocratique du Congo de la projection dans ce pays du film "L’homme qui répare les femmes".

Dans un communiqué transmis à la PANA, le vice-Premier ministre et ministre belge des Affaires étrangères, Didier Reynders, relève que la lutte contre les violences sexuelles à l’égard des femmes est pourtant un combat universel, partagé par la Belgique et la République démocratique du Congo.

Pour M. Reynders, "ce noble objectif aurait été mieux servi par la diffusion de ce film, qui a ému le monde entier, auprès de la population congolaise".

Mercredi, le ministre des Médias et porte-parole du gouvernement congolais, Lambert Mende, a interdit catégoriquement la diffusion prévue les 8 et 9 septembre du documentaire "L’homme qui répare les femmes - La colère d’Hippocrate", du réalisateur Thierry Michel et de la journaliste spécialiste de l’Afrique centrale, Colette Braeckman, invoquant une volonté manifeste de nuire et de salir l’image de l’armée congolaise.

Ce documentaire retrace le combat du gynécologue congolais, Denis Mukwenge, dans sa quête de reconstruction des femmes victimes de viols en période de guerre, en leur rendant leur virginité.

Ce documentaire a reçu sept prix internationaux dans cinq pays.
-0- PANA BAL/JSG/IBA 04sept2015

04 septembre 2015 10:10:00




xhtml CSS