La BADEA satisfaite des résultats du périmètre agricole de Kobilo

Dakar- Sénégal (PANA) -- Le directeur général de la Banque arabe pour le développement économique en Afrique (BADEA), Abdelaziz Khelef, se dit "entièrement satisfait" des résultats du projet d'aménagement de terres agricoles à Kobilo (région de Matam à 500km au nord de Dakar) financé par son institution et dont il a visité les réalisations ce jeudi.
"Ce que j'ai vu me réconforte dans l'idée que ce projet est un véritable exemple de réussite" a indiqué M.
Khelef à la fin de sa visite, soulignant que "le succès de cette réalisation réside dans la façon dont les populations se sont approprié le projet depuis le début et continuent de le manifester en le gérant correctement pour leur plus grand intérêt".
Selon le directeur général de la BADEA, le succès enregistré dans la mise en œuvre de ce périmètre agricole va avoir des impacts sur les autres projets de même nature financés par l'institution et qui sont en cours d'exécution.
"Le projet d'aménagement des terres agricoles contribue non seulement à lutter contre la pauvreté, mais il participe aussi à stopper l'exode rural en permettant à de nombreux jeunes d'exploiter des superficies agricoles" a-t-il déclaré.
"L'implication des groupements de femmes est une des raisons qui expliquent ma satisfaction" a encore précisé M.
Khelef.
Par ailleurs, se réjouit le directeur général de la BADEA, "le projet est bien exécuté au plan financier, car le remboursement du prêt est à 100% et il n'y a jamais eu un seul retard dans ce domaine".
En effet, les témoignages de populations sur place confirment que l'impact du projet est significatif, car il permet de faire vivre environ 10.
000 personnes dans l'ensemble des 7 villages concernés par le projet et environ 2000 personnes travaillent directement sur le périmètre agricole, renseigne Aboubacry Sow, directeur des Aménagements et des Infrastructures hydroagricoles à la Société d'aménagement et d'exploitation des terres du delta (SAED).
"Chaque année, les rendements à l'hectare se situent entre 6,5 et 7 tonnes", a expliqué le responsable sénégalais, soulignant que le projet est certainement l'un des plus grands succès en matière d'aménagement de terres agricoles dans la vallée du fleuve Sénégal.
Pour Mme Thilo Watara, présidente de l'union "Salaré bassal" (Refuser la pauvreté en langue nationale Pular, un groupement de près de 2000 femmes), "la mise en œuvre du périmètre agricole à Kobilo a considérablement transformé la vie des femmes".
"Grâce au projet, nous ne dépendons plus de nos époux", a-t-elle affirmé, précisant que toutes les femmes qui exploitent les 40ha de terres agricoles qui leur ont été octroyés gagnent suffisamment de revenus et participent à la prise en charge de leurs familles.
"Nous sommes contents et nous souhaitons que la BADEA en fasse autant dans d'autres localités pour aider à lutter contre la pauvreté", a-t- elle déclaré.
Pour sa part, Yaya Keita, 25 ans, tailleur de profession et reconverti en agriculteur, dit ne "rien regretter" de sa reconversion car, a-t-il estimé, chaque année, "je récolte entre 4700 kg de riz et 5000 kg rien que pendant la saison hivernale".
Selon Mme Yade Binta Diallo, conseillère en matière de promotion féminine à la SAED, un autre motif de satisfaction par rapport à ce projet réside dans la possibilité donnée aux femmes de développer d'autres cultures, tels que le gombo et l'oseille, à côté de leur périmètre rizicole.
"Aujourd'hui, avec les récoltes, elles arrivent à assurer leur autosuffisance alimentaire et ont arrêté d'acheter du riz dans les boutiques", renchérit le directeur des Aménagements à la SAED.
Rassurées par les résultats de l'expérience, les populations souhaitent aujourd'hui disposer de plus de terres à cultiver, la superficie octroyée par famille étant d'un démi hectare environ, loin de satisfaire la demande.
Pour Tidiane Ndiano, 41 ans, ancien émigré en Afrique centrale et reconverti dans l'agriculture, ce projet est salutaire, mais ajoute- t-il, "nous voulons disposer de plus de terres et avoir de l'eau en permanence pour travailler toute l'année".
En effet, soulignent les populations, si l'eau est disponible pendant l'hivernage, il n'en est pas de même pendant la saison sèche.
M.
Ndiano explique, à ce sujet, que la station de pompage qui tire l'eau à partir d'un affluent du fleuve Sénégal, peine à en trouver entre mars et juillet, entraînant au chômage les exploitants du périmètre agricole.
Le périmètre agricole de Kobilo, qui a permis l'aménagement de 770 ha de terres consacrées essentiellement à la riziculture, comprend entre autres, une digue en terre et une digue en béton armé permettant de stocker les eaux, une station de pompage et plusieurs autres équipements.
Ce périmètre avait été réceptionné en 2004, rappelle-t-on, à la suite d'un financement de la BADEA, d'un montant de 6,7 millions de dollars, (environ 3,4 milliards de FCFA).

15 novembre 2007 22:41:00




xhtml CSS