L'intégration, voie incontournable vers le développement, défend le président de la Commission de la CEDEAO

Abidjan, Côte d'Ivoire (PANA) - Le président de la Commission de la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO), Marcel de Souza, a assuré lundi que l'intégration constituait la voie incontournable vers le développement.  

Le président de Souza s'exprimait lors d'un panel sur le thème "Intégration et émergence : la place du secteur privé et du partenariat Afrrique-France" à l'ouverture de la manifestation économique française, Rencontres Africa 2017, à Abidjan.

Il a admis que même si la CEDEAO est la communauté économique régionale très en avance par rapport aux autres sur la libre circulation des biens et des personnes, il subsiste des handicaps vers l'intégration complète tels que le déficit des infrastructures électriques et routières, le financement des projets et des programmes évalué à 50 milliards de dollars par an, la question sécuritaire, la libre circulation des capitaux.

Le président de Souza a présenté aux décideurs français, une institution communautaire qui a entrepris des réformes pour assainir l'environnement des affaires et la justice, pour élaborer un code des investissements et une charte des Petites et moyennes entreprises (PME).

Il a rassuré sur le potentiel de la CEDEAO à rentabiliser les investissements étrangers avec la perspective de la création d'une bourse de valeurs mobilières commune, de l'adhésion du Maroc, de l'accord d'association avec la Mauritanie et des atouts agricoles.

"Il y a de la place pour tout le monde au sein de la CEDEAO", a dit le président de Souza.

Le 29 septembre dernier, le politologue et historien africain, le Pr Achille Mbembe, avait défendu la même thèse de l'intégration régionale en sa qualité d'invité de la 21eme édition du séminaire des Eminents conférenciers de la Banque africaine de développement (BAD).

Dans le développement du thème de sa conférence : "le coût des frontières en Afrique", le Pr Mbembe avait préconise l'ouverture du continent sur lui-même comme condition de sa transformation en puissance propre pour son bien et celui de l'humanité.

L'un des cinq chantiers prioritaires de la BAD baptisés "Top 5" est intégrer l'Afrique, note-t-on.

-0- PANA BAL/TBM/SOC 02oct2017

02 octobre 2017 20:59:53




xhtml CSS