L'Initiative AfroChampions va promouvoir l'Accord ZLECA

Abidjan, Côte d'Ivoire (PANA) - L'Initiative AfroChampions et l'Union africaine (UA) ont signé un mémorandum d'entente pour la promotion de l'accord de Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECA) signé le 21 mars à Kigali, au Rwanda, par 44 États africains.

Selon les termes de ce protocole d'accord, l’Initiative AfroChampions devient la plateforme officielle d’échange entre le secteur privé africain et les responsables de l’UA, et notamment son département en charge du commerce et de l’industrie, indique le communiqué transmis ce vendredi.

Ainsi, diverses actions de sensibilisation seront menées par l’Initiative AfroChampions, qui a annoncé une contribution financière d’un million de dollars pour le financement de cette campagne d’information.
 
Cette campagne sera structurée autour de quatre chantiers.

Le premier porte sur le dialogue public-privé autour de la ZLECA, afin de favoriser une mise en œuvre fluide et efficace de cet accord pour l’ensemble des pays et des acteurs économiques du continent.

Dans ce cadre, des représentants de l’UA participeront notamment à une série de rencontres thématiques avec les communautés d’affaires locales durant le mois d’avril 2018, afin de recueillir les questions et préoccupations au sujet de l’accord sur la ZLECA.

Ces échanges seront orientés sur les sujets concrets intéressant les entreprises, tels que les barrières tarifaires et non tarifaires, les règles d’origine, la libre circulation des capitaux et des travailleurs, les procédures de dédouanement, ou encore la reconnaissance mutuelle des produits et leur traçabilité.

Ensuite, le second chantier sera la recherche et le partage d’informations permettant à l’UA d’affiner ses politiques à destination du secteur privé. 

Le centre de recherche de l’Initiative AfroChampions va ainsi partager ses travaux sur les investissements intra-africains, le commerce et les multinationales africaines afin de nourrir les réflexions de l’UA et ses actions.

Puis, ce sera la promotion des échanges intra-africains en matière de commerce et d’investissements, en collaboration avec la Banque africaine d'import-export (Afreximbank).

L’UA et l’Initiative AfroChampions prévoient notamment de travailler à l’organisation de réunions régulières régionales dédiées à la mise en lumière de gros projets économiques susceptibles d’impacter simultanément plusieurs pays.

Enfin, le dernier chantier sera le dialogue avec la société civile.
Convaincue que la libre circulation des personnes est la clé du succès de la ZLECA à terme, l’Initiative AfroChampions vient aussi de lancer la campagne AfricaPassportNow! qui consiste en une pétition à signer en ligne pour accélérer la création d’un passeport africain unique, accessible à chaque africain et chaque africaine. 
 
Le Commissaire au commerce et à l'industrie de l'UA, Albert Muchanga, a noté, lors de la signature du mémorandum d'entente ,que cette collaboration va donner des résultats concrets.

" Je me réjouis de travailler aux côtés de ces leaders qui nous feront bénéficier de leur riche expérience afin de faire de la libre circulation des biens, des services et des investissements une réalité et une chance pour tous les Africains", a ajouté le Commissaire Muchanga.
 
"Au sein de l’Initiative AfroChampions, nous sommes heureux de constater que les décideurs publics sont aussi conscients que les décideurs privés de l’urgence de mettre en place la zone de libre échange continentale", a, pour sa part, déclaré Ali Mufuruki, président-directeur général du Groupe Infotech Investments, et vice-président du Club AfroChampions pour l’Afrique de l’Est. 

Il a relevé qu'ils sont des entrepreneurs qui souhaitent s’engager pour faire de la ZLECA l’instrument d’une croissance partagée, capable de renforcer les savoir-faire africains, de créer des chaînes de valeurs régionales, et de faciliter le déploiement des innovations africaines sur tout le continent.

Les principaux objectifs de la ZLECA sont de créer un marché unique pour les biens et services, avec une libre circulation des personnes et des investissements, ouvrant ainsi la voie à la mise en place d’une Union douanière en Afrique.
 
Si la signature de l'accord ZLECA rencontre l'approbation de la majorité des pays africains, certains émettent des réserves comme la Manufacturers Association of Nigeria (MAN) qui a apporté un soutien ferme au refus du gouvernement fédéral de signer ledit accord, en invoquant le péril du chômage dû à la faillite rapide des entreprises locales.
-0- PANA BAL/BEH/SOC 23mars2018

23 mars 2018 22:07:30




xhtml CSS