L'IPPF fête ses 60 ans de prestations en Planification familiale, en Santé sexuelle et de la reproduction

Dakar, Sénégal (PANA) - La Fédération internationale pour la Planification familiale (IPPF) commémore, à partir de ce mercredi, ses « 60 ans de changement et de services au profit des femmes et des hommes", à travers la Planification familiale.

Les manifestations de commémoration se dérouleront, du 21 au 29 novembre à Johannesbourg (Afrique du Sud) et seront marquées par une formation en leadership pour dirigeants (femmes et hommes) d’institutions de Santé en Afrique, comme stratégie pour une contribution substantielle à des résultats significatifs en matière de santé.

Les jeunes ne seront pas en reste au cours de ces festivités qui prévoient un forum auquel participeront des jeunes de moins de 24 ans des deux sexes, défenseurs de la Santé sexuelle et de la reproduction, pour discuter des enjeux  de l’accès à des services de Santé de la reproduction en Afrique, dans le but d’élaborer des stratégies d’engagement des décideurs politiques.

L'IPPF, présente dans 172 pays, exposera également dans une vitrine conçue à cet effet, les résultats des travaux effectués par les associations nationales membres de l’IPPF.

Le clou des festivités est attendu à la soirée de Gala au cours de laquelle des prix seront remis à d’éminents mécènes africains, dont la présidente du Malawi, Mme Joyce Banda, les fondatrices du Fonds de développement des femmes africaines (AWDF), le fondateur de Equity Bank, M. James Wangi, des fondations et bien d’autres acteurs qui contribuent au développement africain, notamment sur les thématiques concernant le développement des femmes et le droit à la santé.

Deux jeunes lauréats du concours littéraire sur la Santé sexuelle et de la reproduction seront également récompensés au cours de cette soirée où  la première Dame de Namibie, Mme Penehupifo Pohamba, procédera au lancement du livre « 60 Ans, 60 Récits ».

« 60 Ans, 60 Récits » retrace les témoignages poignants de volontaires de la première heure, de femmes déshéritées dont la vie aurait été bien pire, si elle n’avaient bénéficié, à temps opportun, des services de Planification familiale, ou encore des agents qui prennent constamment des risques en se rendant dans les contrées les plus reculées pour dispenser des services de Planification familiale.

Il faut rappeler que, pour s’assurer que la Planification familiale devienne un droit pour libérer les femmes, les protéger contre les grossesses non désirées et les décès des suites d’accouchement, la Fédération internationale pour la Planification familiale a vu le jour à l’occasion de la 3ème conférence sur la Planification familiale, en novembre 1952.

C'était, à l'époque, une petite organisation de charité au sein de laquelle un groupe de femmes et d’hommes menaient une campagne bruyante en faveur du droit des femmes à contrôler leur fertilité, à une époque où la Planification familiale n'était nullement perçue comme un droit et faisait face à une très forte opposition.

Ces volontaires de la première heure rencontraient, par conséquent, beaucoup d’hostilités pour faire accepter l’idée de l’accès à la Planification familiale et à la contraception qui, 60 ans plus tard, est plutôt perçue comme une évidence dans beaucoup de pays.

C'est ainsi que la petite organisation de charité est devenue une fédération de 152 associations membres, dont 38 en Afrique au sud du Sahara, travaillant dans 172 pays, avec 65.000 points de prestation de services de Planification familiale, de Santé sexuelle et de la reproduction qui, en 2011, a dispensé plus de 89 millions de services de Santé sexuelle et de la reproduction.
-0- PANA SSB/IBA 20nov2012

20 novembre 2012 13:23:06




xhtml CSS