L'enquête sur le racisme dans le rugby intéresse les médias

Le Cap- Afrique du Sud (PANA) -- Le Forum national des rédacteurs d'Afrique du Sud (SANEF) a exigé d'avoir plein accès au tribunal afin de pouvoir informer sur les investigations relatives au scandale sur le racisme qui a éclaboussé le rugby sud-africain.
Le SANEF a déclaré que le principe d'empêcher les médias d'assister aux audiences est "absurde et scandaleux".
Il a expliqué que toute enquête sur le racisme, presque 10 ans après l'entrée en démocratie de l'Afrique du Sud, revêtait une grande importance pour tous les Sud-Africains.
Le scandale a éclaté il y a deux semaines lorsqu'un joueur blanc, Geo Cronje, avait été exclu de l'équipe sélectionnée pour la Coupe du Monde après avoir, semble-t-il, refusé de partager une chambre avec Quinton Davids, un Noir.
Cronje, à qui l'entraîneur Rudolf Straueli avait demandé de partager une chambre d'hôtel avec Davids, à Pretoria, aurait refusé en disant qu'il ne voulait pas partager les toilettes ou la salle de bain avec Davids.
Une enquête officielle devrait être ouverte au Cap à partir de jeudi.
Mais l'Union sud-africaine de Rugby tente d'interdire aux médias l'accès aux audiences, qui pourraient s'avérer explosives.
Le SANEF a déclaré que l'interdiction faite aux médias d'assister aux audiences constitue un affront au principe de la transparence.
"Le SANEF considère qu'il est absurde et scandaleux de penser à interdire aux médias l'accès aux audiences", a dit l'organisation.
"Tout le monde reconnaît l'importance pour le pays d'une telle enquête ainsi que l'intérêt que porte le public aux résultats de l'investigation.
Il ne s'agit pas d'une affaire privée", conclut l'organisation professionnelle.

09 septembre 2003 20:13:00




xhtml CSS