L'emploi des jeunes parmi les questions brûlantes au Sommet de la CEDEAO à Accra

Accra, Ghana (PANA) - Le président ghanéen et président en exercice de la CEDEAO, John Dramani Mahama, a mis l'accent sur le grand défi auquel est confronté l’espace communautaire, à savoir la question de l’emploi des jeunes pour lequel Il exhorte ses pairs à mener des réflexions approfondies.

«La question de l’emploi des jeunes est un défi auquel chacun de nos Etats est confronté. C’est en fait un problème que connaissent même les pays développés, mais cela est encore beaucoup plus accentué dans notre région qui a une population jeune. C’est là une préoccupation à laquelle nous devons accorder une attention particulière», a conclu M. Mahama, lors de son discours à l’ouverture, ce mardi à Accra (Ghana), de la 47ème session ordinaire de la Conférence des chefs d’Etat et de gouvernement de la CEDEAO.

Il s’est félicité des progrès notables réalisés par la région ouest-africaine en 2015, rappelant les défis qui restent à relever, relatifs entre autres, à la maladie à virus Ebola, au terrorisme, aux échéances électorales prévues cette année dans d’autres Etats membres et à l'emploi des jeunes.

Evoquant les défis sécuritaires dans la sous-région, M. Mahama a réaffirmé la nécessité d’un engagement ferme de l’organisation régionale et de ses partenaires contre le groupe terroriste Boko Haram au Nigeria, se félicitant de la collaboration entre la CEDEAO et la Communauté économique de l’Afrique Centrale (CEAC) en vue d’éradiquer la menace que représente ce mouvement terroriste.

Le président en exercice de la CEDEAO a, par ailleurs, énuméré les succès importants enregistrés par la région au cours des derniers mois, mettant particulièrement l’accent sur la fin de l’épidémie à virus Ebola au Liberia et la signature, le 15 mai dernier, de l’accord pour la paix et la réconciliation au Mali.

Le président ghanéen a également salué la tenue récente d’élections présidentielles paisibles et équitables au Nigeria et au Togo, espérant que celles prévues cette année au Burkina Faso, en Côte d’Ivoire et en Guinée se dérouleront de la même manière et contribueront à l’enracinement de la démocratie en Afrique de l’Ouest.

Il a également évoqué l’amélioration de la situation en Guinée-Bissau, grâce au soutien apporté à cet Etat par la CEDEAO et d’autres partenaires et qui lui a permis d’entamer sa phase post-électorale et d’organiser, le 25 mars dernier à Bruxelles, la table-ronde des bailleurs destinée à obtenir l’appui de la communauté internationale à son programme de reconstruction et de développement.

A l’instar du chef de l’Etat ghanéen, le président de la Commission de la CEDEAO, Kadré Désiré Ouédraogo, a également évoqué le sort de la jeunesse africaine, déplorant au passage l’émigration clandestine vers l’Europe, qui a ravi, ces jours-ci, à l’affection de leurs parents, des centaines de jeunes africains.

M. Ouédraogo a réaffirmé la détermination de la Commission à redoubler d’efforts pour s’attaquer aux causes profondes du phénomène, grâce à une coopération plus approfondie avec toutes les parties concernées pour la protection de la vie et de la dignité de ces migrants.

«Je voudrais préciser, à cet égard, que la mise en œuvre effective de notre Stratégie Sahel, grâce notamment à la multiplication de programmes intégrateurs qu’elle va favoriser, rendra encore plus efficace notre lutte contre les trafics illicites, les crimes transfrontaliers, le terrorisme et toutes les autres sources d’insécurité et d’instabilité, ainsi que le chômage endémique des jeunes», a dit le président de la Commission.

Evoquant le 40ème anniversaire de la CEDEAO, qui sera célébré le 28 mai 2015, M. Ouédraogo a assuré que la commémoration de cet événement a même déjà débuté dans certains Etats membres, comme pour montrer que c’est tout au long de 2015 que l’organisation régionale entend mettre en lumière ses réalisations.

Outre le président ghanéen, John Dramani Mahama, le Sommet réunit les chefs d’Etat burkinabé, Michel Kafando, ivoirien, Alassane Dramane Ouattara, malien, Ibrahim Boubacar Kéita, nigérien, Mahamadou Issoufou, togolais, Faure Essozimna Gnassingbé, nigérian, Goodluck Ebele Jonathan, sénégalais, Macky Sall, libérien, Ellen Johnson Sirleaf, et sierra-léonais, Ernest Bai Koroma.

La cérémonie d’ouverture du Sommet s’est également déroulée en présence de la vice-présidente gambienne, du Premier ministre capverdien, des représentants du Bénin, de la Guinée et de la Guinée-Bissau, du représentant spécial du Secrétaire général des Nations-unies en Afrique de l’Ouest, ainsi que du vice-président, des Commissaires et de responsables d’autres institutions de la CEDEAO.
-0- PANA SSB/IS/SOC 19mai2015

19 mai 2015 21:41:51




xhtml CSS