L'émissaire de l'ONU pour la Somalie condamne les attaques à Mogadiscio

Nairobi- Kenya (PANA) -- L'émissaire des Nations unies pour la Somalie, Ahmedou Ould Abdallah, a déclaré mardi que les violences à Mogadiscio, en Somalie, dirigées contre le gouvernement du président Chérif Cheikh Ahmed étaient une tentative illégale de prendre le pouvoir.
"Il existe désormais un gouvernement légitime, internationalement reconnu à Mogadiscio qui doit être soutenu.
Mais au contraire, des éléments irresponsables, soutenus par des étrangers, ont attaqué Mogadiscio dans une tentative de s'emparer de force du pouvoir", a-t-il déclaré dans un communiqué publié à Nairobi, la capitale du Kenya.
Les combats se sont intensifiés à Mogadiscio depuis le 7 mai, par des attaques à l'artillerie lourde qui ont ciblé le palais présidentiel.
Les insurgés islamiques ont tiré lundi à coups de mortiers et de mitrailleuses sur la résidence présidentielle, alors que les combats entre l'armée somalienne et les milices islamistes radicales se poursuivaient à Mogadiscio, faisant au moins une cinquantaine de morts.
M.
Ould Abdallah a fermement condamné les attaques constantes à Mogadiscio qui ciblent le gouvernement légitime somalien, soulignant que ces violences étaient tout à fait inacceptables.
"Absolument rien ne justifie ces violences et ceux qui ont lancé ces attaques doivent porter l'entière responsabilité des conséquences de leurs actes", a-t- il ajouté.
Selon lui, "les insurgés ont l'intention de maintenir la violence et l'anarchie qui ont régné ces deux dernières décennies et ils doivent être rejetés par le peuple somalien et la communauté internationale".
L'émissaire de l'ONU a déclaré que des troupes étrangères ont été déployées à Mogadiscio pour renverser le gouvernement, soutenant que les communautés somaliennes n'avaient pas revendiqué la responsabilité des attaques actuelles contre le gouvernement légal.

12 mai 2009 18:54:00




xhtml CSS