L'émissaire de l'ONU exige la libération des enfants-soldats au Soudan du Sud

New York, Etats-Unis (PANA) - La Représentante spéciale des Nations unies pour les enfants et les conflits armés, Mme Leila Zerrougui, a exigé la libération de centaines d'enfants-soldats recrutés par les milices et groupes proches des factions belligérantes ou du gouvernement sud-soudanais.

"Il faut faire rendre des comptes aux recruteurs d'enfants et à ceux qui commettent de graves violations des droits des enfants", a déclaré Mme Zerrougui.

"Le recrutement et l'utilisation d'enfants soldats-continuent à être un problème majeur au Soudan du Sud, malgré les engagements pris par les gouvernements et l'opposition dirigée par l'ex-vice-président Riek Machar, pour protéger les enfants de l'impact du conflit.

"Au contraire, nous recevons des rapports sur des centaines de nouveaux recrutements d'enfants-soldats par les milices et groupes proches du gouvernement de l'Armée de libération du peuple soudanais (SPLA, opposition)", a-t-elle indiqué dans un communiqué rendu public à New York mercredi soir.

La responsable onusienne a révélé que les enfants enlevés étaient entraînés et devaient être en route pour les lignes de front, tout en appelant le gouvernement du Soudan du Sud à prendre des mesures pour mettre un terme à cette situation.

L'émissaire onusienne a indiqué que le Soudan du Sud était un des sept pays engagés dans la campagne "Des enfants pas des soldats", qui vise à mettre fin au recrutement et à l'utilisation des enfants dans les forces armées gouvernementales en confit d'ici 2016.

Cette campagne, dirigée par la Représentante spéciale des Nations unies pour les enfants et les conflits armés et l'UNICEF, mobilise un soutien mondial et des ressources financières, afin que les sept forces armées gouvernementales énumérées dans le rapport annuel du Secrétaire général des Nations unies "Enfants et Conflit Armé" ne comptent plus d'enfants dans leurs rangs.

De nombreux enfants, n'ayant que 13 ans pour certains, ont été enlevés par des hommes armés au Soudan du Sud le mois dernier et restent en captivité, malgré d'intenses efforts pour les localiser.

L'UNICEF n'a cessé de demander leur libération immédiate, et son représentant au Soudan a déclaré que l'agence craignait que les enfants soient envoyés vers les lignes de front.
-0- PANA AA/SEG/FJG/JSG 05mar2015

05 mars 2015 12:07:02




xhtml CSS