L'économie marocaine reprend après la sécheresse de 2016

Rabat, Maroc (PANA) - Après la sécheresse de l'année dernière, la croissance économique du Maroc a repris en 2017 et pourrait atteindre les 4,4 %, principalement grâce à une reprise importante dans le secteur agricole, au moment où le secteur non agricole reste modéré, selon le Fonds monétaire international (FMI).

Dans son évaluation, le Conseil d'administration du FMI a félicité les autorités marocaines pour les politiques micro-économiques solides et l'application de réformes ayant permis l'amélioration de la résilience de la politique, d'élargir le cadre de la politique financière et fiscale et d'augmenter la diversification économique.  

Pour consolider les bénéfices réalisés et promouvoir plus de croissance inclusive élevée, les directeurs du FMI ont souligné la nécessité de maintenir les politiques fiscales et monétaires solides et de mettre en place des efforts de réforme structurale accompagnée de mesures pour renforcer le filet de sécurité sociale.

Selon une déclaration publiée vendredi par le FMI, l'évaluation des directeurs est conforme à leurs conclusions de la consultation de l'article IV de 2107 avec le Maroc et ont félicité la reprise de la consolidation fiscale pour assurer la viabilité de la dette du pays.

Aussi, ils ont soutenu les efforts menés pour contrôler les dépenses sur les salaires, les biens et des services afin de créer un espace fiscal pour des dépenses prioritaires à moyen terme.

Après la remarquable dégradation de 2016, le déficit du compte courant marocain pourrait augmenter en 2017 de 3,9% du Pib. Cela reflète principalement l'environnement global du pays, en particulier la reprise plus forte en Europe, et une forte croissance d'exportation (6,5%), principalement due à la bonne performance des produits alimentaires et des exportations de la phosphate et de ses dérivées.

Le taux de chômage a cependant augmenté de 10,6% en Q3 2017 (d'année en année) au moment où le chômage des jeunes reste élevé à 29,3%. L'inflation globale (d'année en année) pourrait baisser jusqu'à 0,6% en 2017, reflétant la baisse des prix des denrées alimentaires.

Ayant constaté que l'inflation semblait rester modérée au moment où la politique monétaire accommodante a permis la reprise soutenue de crédit, les directeurs ont félicité l'intention des autorités marocaines consistant à se tourner vers un régime de taux change plus flexible et un nouveau cadre de politique monétaire, ce qui permettra à l'économie d'amortir des crises extérieures et de rester compétitive.

En insistant sur l'importance de la mise en œuvre de réformes structurales à grande échelle, les directeurs ont ajouté que les efforts soutenus pour renforcer l'environnement des activités, de même que la bonne gouvernance, la meilleure éducation et les formations volontaires, seront essentiels pour réduire le chômage, en particulier chez les jeunes, et pour augmenter la participation des femmes dans la population active.
-0- PANA AR/MMS/BEH/SOC 15déc2017

15 décembre 2017 19:41:02




xhtml CSS