L’apaisement de la situation sécuritaire à Djugu est le résultat d’un effort collectif (MONUSCO)

Kinshasa, Rd Congo (PANA) - L’apaisement de la situation sécuritaire dans le territoire de Djugu, dans la province de l’Ituri au Nord-est de la République démocratique du Congo (FARDC), est le résultat d’un effort collectif entre les forces de sécurité congolaises (la PNC et les FARDC) et la Mission des Nations unies pour la Stabilisation en RDC (MONUSCO), a indiqué, mercredi, au cours de la conférence hebdomadaire de l’ONU, le commandant Adil Essherir, porte-parole a.i. de la MONUSCO.

« Dès le début de la crise sécuritaire dans ce territoire, la Police nationale Congolaise (PNC), les Forces armées de la RDC (FARDC) et la MONUSCO ont agi ensemble et partagé le même souci de rassurer et sécuriser les populations de cette province », a souligné le Commandant Adil Essherir.

Depuis le début de cette crise, a-t-il ajouté, la MONUSCO a, sur le plan militaire, pris immédiatement les mesures pour pouvoir déployer rapidement un dispositif adapté et efficace. Le premier déploiement a été projeté à Djugu début février, renforcé par la suite par des militaires en provenance de Kisangani et de Goma.

Le commandant de la Force de la MONUSCO, le Général de Division Bernard Commins, s’est rendu en Ituri à deux reprises pour rencontrer ses partenaires des forces de sécurité et coordonner la réponse de la Force face à cette crise.

Pour rassurer la population et parer aux activités négatives, cinq bases temporaires ont été déployées à Djugu, Blukwa, Fataki, Lita et Nizi.

Pour le porte-parole de la MONUSCO, Mme Florence Marchal, cele-cil a bien rempli sa mission de protection des civils dans le territoire de Djugu.

« Lorsque nous avons déployé des bases militaires temporaires dans le territoire de Djugu, multiplié les patrouilles de la Police et de la Force, organisé des réunions entre les différentes communautés, les autorités, les représentants de la société civile, afin d’éviter une escalade du conflit, dépêché des équipes de monitoring sur le terrain, nous avons appliqué notre mandat de protection de populations civiles menacées », a-t-elle affirmé.
-0-PANA KON/BEH/SOC 25avr2018

25 avril 2018 17:54:42




xhtml CSS