L'année 2018 déterminera l'avenir de la Libye, selon Jakaya Kikwete

Tripoli, Libye (PANA) - Le Haut-représentant de l'Union africaine (UA) en Libye, l'ancien président tanzanien, Jakaya Kikwete, a affirmé que l'année 2018 déterminera l'avenir de la Libye.

Dans un tweet, M. Kikwete a écrit que le dossier libyen figure toujours parmi les priorités de l'Union africaine, soulignant qu'il avait discuté de la situation en Libye avec Mohamed Siala, ministre des Affaires étrangères, en marge du 30 Sommet de l'UA clôturé dernièrement à Addis-Abeba, en Ethiopie.

On rappelle que l'UA a affirmé lundi, que les autorités libyennes ne devraient pas se précipiter pour organiser des élections dans le cadre des efforts de l'ONU pour mettre fin au conflit qui divise le pays.

Ces élections générales figurent dans le plan de règlement de crise proposé par le Représentant du Secrétaire général de l'ONU et chef de la Mission d'appui des Nations unies en Libye (UNSMIL), Ghassan Salamé, en septembre dernier portant sur trois étapes s'étalant sur une années comprenant la révision de l'Accord politique, la tenue d'une conférence inclusive et l'adoption d'une constitution.

Des responsables onusiens, dont Ghassan Salamé, ont reconnu les défis politiques, sécuritaires et législatifs complexes d'un tel vote, mais ont déclaré que le soutien des Libyens à l'élection les encourageait.

M. Salamé a pris part au sommet de l'UA à Addis-Abeba pour consulter les dirigeants régionaux sur la manière d'adopter une approche commune sur la Libye.

Le Commissaire de l'UA à la paix et la sécurité a déclaré, pour sa part, aux journalistes en marge du sommet, "nous avons reçu Salamé qui convient que c'est un conflit complexe et très difficile et ne peut être résolu par une seule organisation".

"Les deux organisations travailleront ensemble pour soutenir la réconciliation et créer les conditions nécessaires pour les élections", a-t-il déclaré, ajoutant "nous, Etats membres de l'Union africaine, disons que nous ne devrions pas précipiter les élections, nous devrions préparer un terrain solide pour des élections crédibles et pacifiques afin que leurs résultats soient respectés par toutes les parties".
-0- PANA BY/BEH/SC 01fév2018

01 février 2018 14:49:58




xhtml CSS