L'ancien président sud-africain de Klerk sur la sellette après ses commentaires sur Mandela

Le Cap, Afrique du Sud (PANA) - L'ancien président sud-africain, Frederick de Klerk, est l'objet de critiques pour avoir taxé Nelson Mandela d'opposant politique "violent et déloyal".

M. de Klerk, dernier président blanc de l'Afrique du Sud, a partagé le Prix Nobel de la paix 1993 avec Nelson Mandela qu'il avait libéré de prison quatre années plus tôt.

Pour Frederick de Klerk, malgré la "stature et la force" du leader de la lutte de libération, ce dernier n'est pas "irréprochable".

"Je ne cède pas à l'hagiographie générale qui entoure M. Mandela", a-t-il notamment déclaré dans un discours à Johannesbourg.

"Il n'était pas du tout la figure bienveillante, le saint qu'on nous décrit si bien aujourd'hui", a-t-il estimé.

Le Congrès national africain (ANC), au pouvoir, a critiqué M. de Klerk pour ses commentaires, estimant qu'il ne pouvait pas reconnaître la bravoure de M. Mandela car l'ancien président est noir.

Pour le porte-parole de l'ANC, Keith Khoza, "M. de Klerk doit reconnaître la stature de M. Mandela ainsi que son oeuvre et comprendre que son temps est passé en tant que président".

Toutefois, la Fondation de Klerk au Cap a publié mercredi un communiqué assurant que son discours avait été sorti de son contexte.

"M. Mandela est l'un des six leaders cités par M. de Klerk qui ont par leurs propres moyens changé le cours de l'histoire dans leurs pays ou même dans le monde", affirme le communiqué.

D'après la Fondation, M. de Klerk a décrit M. Mandela comme "un homme de principe et un grand communicateur. Grâce à son charme naturel et son sérieux, il a joué un rôle indispensable dans la promotion de la réconciliation et pour jeter les fondations de notre nouvelle nation non raciale".
-0- PANA CU/SEG/NFB/JSG/IBA 11avr2012

11 avril 2012 10:21:35




xhtml CSS