L’afflux des nouveaux réfugiés centraficains se poursuit au Tchad

N’Djamena, Tchad (PANA) - Dans le Sud du Tchad, le nombre de nouveaux réfugiés centrafricains, arrivés depuis le 12 juin dans des villages frontaliers suite à de nouvelles violences, s’est considérablement accru au cours de la semaine écoulée.

D’un total d’à peine 3.000 personnes enregistrées le 26 juin, la population de nouveaux réfugiés a largement passé la barre des 5.000, au 30 juin, pour atteindre un total de 5.570 personnes pour 1.983 ménages le 3 juillet, repartis dans les localités frontalières tchadiennes de Sourouh, Mini et Mbitoye (situées entre moins de deux et sept kilomètres de la frontière entre le Tchad et la Rca).

Ce chiffre est susceptible d’augmenter au rythme des arrivées enregistrées ces derniers jours malgré la fermeture officielle de la frontière par les autorités tchadiennes qui font preuve de tolérance à l’égard des populations vulnérables qui arrivent sur leur territoire.

Arrivés fatigués, fragiles et traumatisés, les réfugiés disent fuir de nouvelles tensions dans le Nord-ouest de la Centrafrique, frontalier avec le Tchad, où de violents affrontements avaient opposé le 11 juin, dans la ville de Ngoundaye, des milices armées soutenues par les Anti-Balaka à des éleveurs transhumants appuyés par des combattants des ex-Seleka.

Même si aucun combat n’a été rapporté ces derniers jours, la situation semble de plus en plus volatile en Rca avec différentes sources faisant état de présence de personnes fortement armées dans les zones fuites par les réfugiées.

Les réfugiés sont pour l’instant accueillis dans les villages frontaliers de Sourouh, Mini et Mbitoye où les activités d’enregistrement et de vérification, menées par l’Unhcr et la Cnarr, se poursuivent, permettant d’identifier les personnes à besoins spécifiques y compris les femmes seules cheffes de familles et les enfants séparés ou non accompagnés.

Une équipe multifonctionnelle (Unhcr, Cnarr, Unicef, Acra, Cssi, Care, Aplft ,Flm, Pam, Aired) est active sur le terrain dans un esprit de collaboration étroite pour apporter une assistance d’urgence aux nouveaux réfugiés, composés majoritairement de femmes et d’enfants. Après avoir identifié, en collaboration avec les autorités locales, des villages, situés plus loin de la frontière, pour accueillir les nouveaux arrivés, les membres de l’équipe procède à leur aménagement avec la construction de forages et d’abris notamment.

Le Hcr et ses partenaires privilégient une intégration socio-économique de ces nouveaux réfugiés dans les villages tchadiens en leur y fournissant, à cet effet, des services sociaux de base qui profiteront aussi aux populations hôtes. Une stratégie d’alternative aux camps qui vise aussi à favoriser une consolidation de la cohabitation pacifique entre les deux communautés.

Composée en grande majorité de femmes et d’enfants, ces derniers représentant plus des deux tiers la population des nouveaux réfugiés centrafricains, présentent un profil de vulnérabilité assez élevé avec notamment plus de 1.150 personnes ayant des besoins spécifiques dont 467 enfants séparés et non accompagnés. Plus de 1.590 femmes ont été identifiées comme cheffes de ménage et sont considérées automatiquement comme des femmes à risque dans le contexte de l’urgence.

Des activités récréatives et psycho-sociales sont organisées dans les Espaces amis des enfants (Eaes) de Sourouh et de Mini en faveur des tout-petits.

Des assistances spécifiques leurs sont également fournies comme la distribution en articles essentiels de ménage, le suivi des cas de protection et de la situation nutritionnelle des enfants ainsi que la distribution de tissus sanitaires aux femmes et jeunes filles en âge de procréer et de kits bébé aux nouveau-nés.

Par ailleurs, la prise en charge médicale se poursuit, y compris la vaccination, en faveur des femmes enceintes et des enfants par le partenaire Cssi qui a déployé une équipe sur le terrain. Entre le 16 et le 30 juin, 617 réfugiés ont été consultés et pris en charge. Les pathologies dominantes sont le paludisme présumé, la parasitose et les infections respiratoires.

Les vivres du Pam sont arrivés et ont été déchargés et réceptionnés par Flm. L’équipe du Pam est attendue sur place mardi pour lancer la distribution générale des vivres.

Ces nouveaux arrivés de la Centrafrique dans le Sud du Tchad s’ajoutent à une population forte de plus de 67.000 réfugiés ayant fui les violences et l’instabilité dans leur pays ces dernières années. Il faut noter que la région abrite également 56.000 retournés tchadiens qui ont fui la Rca suite aux conflits inter-ethniques qui avaient éclaté en 2012 et 2013.

Ce nouvel afflux de réfugiés centrafricains, qui survient pendant la saison des pluies, a nécessité une nouvelle mobilisation de ressources aussi bien en ressources humaines que matérielles pour venir en aide de façon adéquate à une population particulièrement vulnérable au regard du grand nombre d’enfants, de femmes et de personnes âgées, qui méritent des attentions particulières en termes de protection et d’assistance surtout pour les quelques 1.150 qui ont été identifiés comme ayant des besoins spécifiques.

Le Hcr entend renforcer le personnel de sa sous-délégation de Gore pour faire face à cette importante arrivée de nouveaux réfugies.

Par ailleurs, l’aménagement des villages identifiés pour les accueillir nécessitera des moyens supplémentaires.
-0- PANA PT/BEH/IBA 05juil2016

06 juillet 2016 14:32:02




xhtml CSS