L’affaire Alvaro Sobrinho continue à dominer l’actualité cette semaine à Maurice

Port-Louis, Maurice (PANA) – Le dossier Alvaro Sobrinho, cet homme d’affaires angolais qui a créé une polémique au sein de la classe politique mauricienne et de la présidence de la République depuis la semaine dernière, a continué à défrayer l’actualité à Maurice, cette semaine.

Les différents médias ont rapporté que M. Sobrinho, ce multimilliardaire angolais, est soupçonné de blanchiment d’argent au Portugal. A Maurice, il avait lancé le Planet Earth Institute, en partenariat avec la présidente de Maurice, Ameenah Gurib-Fakim, en 2015 pour octroyer des bourses d’études dans la filière scientifique aux Africains.

Lors de sa conférence de presse hebdomadaire, ce samedi 11 mars, comme rapporté par Radio-Plus, le leader du Mouvement Militant Mauricien (MMM), Paul Bérenger, a demandé aux autorités mauriciennes de rendre publique la lettre qu’elles ont adressée aux autorités portugaises pour demander s’il y a ou pas une enquête sur l’homme d’affaires angolais, Alvaro Sobrinho.

De son côté, le quotidien Le Défi-Plus a écrit que les autorités portugaises ont informé la Financial Services Commission (FSC) que le multimilliardaire angolais n’était pas concerné par l’enquête menée contre le procureur Orlando Figueira pour corruption.

Dans le même journal, le Vice-Premier ministre mauricien, Ivan Collendavelloo, s’en est pris à la presse pour dire que «cette histoire a été montée de toutes pièces et qu’elle affecte l’image de Maurice auprès des investisseurs étrangers».

De son côté, le quotidien Le Mauricien a rapporté que M. Collendavelloo a déclaré : « Alors, la presse croit qu’elle est au-dessus de l’opinion publique ? Alors quelle image ? »

Toujours dans ce journal, le leader de l’opposition, Xavier-Luc Duval, a dit que la présidente de la République fait face à un urgent besoin de s’expliquer dans cette affaire. «Il n’y a pas à sortir de là. En tant que chef de l’Etat, Ameenah Gurib-Fakim est la garante de la Constitution», a-t-il déclaré.  M. Duval a rencontré la Présidente, jeudi après-midi, pour discuter de cette affaire. Il a dit aux médias qu’il compte porter cette affaire au Parlement à la rentrée la semaine prochaine.

Arrivé à Maurice mercredi dernier, Alvaro Sobrinho a animé une conférence de presse vendredi, à laquelle n’étaient pas conviés certains titres de la presse écrite. Deux gardes de sécurité ont interdit l’accès aux bureaux de M. Sobrinho à certains journalistes. Devant les autres médias, dont les radios privées et la télévision nationale, il a réfuté les allégations portées contre lui.

Radio Plus a rapporté que Alvaro Sobrinho a démenti avoir fait une demande de licence bancaire auprès de la Banque de Maurice. «Il a aussi démenti les allégations selon lesquelles il aurait mis des berlines à la disposition de politiciens, proches de politiciens et fonctionnaires mauriciens.

Alvaro Sobrinho nie avoir aussi bénéficié d’un traitement de faveur à la Financial Services Commission (FSC). «La vérité triomphera», a-t-il lancé, ajoutant qu’il est à la disposition des autorités mauriciennes au cas où il serait appelé à fournir des explications.

L’homme d’affaires angolais a refusé de répondre aux questions des journalistes après sa déclaration de presse.
-0- PANA NA/IS/SOC 11mars2017

11 mars 2017 14:45:56




xhtml CSS