L'accord ONU-JEM ravive l'espoir pour les enfants au Darfour

Kampala- Ouganda (PANA) -- Les Nations unies considèrent l'accord signé lundi avec le Mouvement pour la justice et l'égalité (JEM) de la région rebelle soudanaise du Darfour comme une engagement pour la protection des enfants de la région.
Cet accord prévoit la libération de tous les garçons et les filles retenus par le JEM et autorise l'accès de l'ONU et de l'UNICEF à toutes les personnes, sites et documents du JEM.
Il assure également l'imputabilité des auteurs d'actes répréhensibles, le soutien aux enfants victimes du JEM et désigne un officiel du JEM représentant auprès des Nations unies pour superviser la mise en application de l'accord.
"Cet accord consacre en outre la fin du recrutement et de l'utilisation des enfants-soldat, du viol et des violences sexuelles, mais aussi du meurtre et de la mutilation des enfants", indique un communiqué de l'ONU reçu par la PANA à Kampala, en Ouganda.
Selon le droit international et la loi soudanaise, est considéré comme enfant tout individu âgé de moins de 18 ans.
Les Nations unies estiment qu'il existe des milliers d'enfants-soldat rien qu'au Darfour.
"Je considère cet accord comme un pas important vers la mise en place d'un Plan d'action global.
Toutes les parties au conflit au Soudan doivent signer des plans d'action complets comme ceux signés avec la SLA de Minnawi et SLA Free Will", a déclaré Radhika Coomaraswamy, la représentante spéciale du Secrétaire général de l'ONU pour les enfants et les conflits armés.
"J'espère la relance du processus de paix plus élargi et implore toutes les parties à penser aux enfants et à inclure des dispositions de protection des enfants à tous les stades, de l'accord de cessez- le-feu à l'accord de paix.
Pour que ces engagements aient un réel impact pour les enfants, ils doivent être honorés, renforcés et appliqués sans réserve", a ajouté Mme Coomaraswamy.

26 juillet 2010 11:47:00




xhtml CSS