L’Union africaine condamne les attaques armées dans le Nord du Mali

Addis-Abeba, Ethiopie (PANA) -  Le président de la Commission de l’Union africaine, Jean Ping, a fermement condamné, dimanche à Addis-Abeba, la capitale éthiopienne, la rébellion dans le Nord du Mali, jugeant "inacceptables et injustifiables" les attaques armées.

M. Ping, qui s'exprimait à l'ouverture du 18ème Sommet de l'UA, a estimé que la reprise des affrontements armés depuis le 16 janvier dans le Nord du Mali était une menace sur la paix et la stabilité pour toute la sous-région ouest-africaine.

"La question de la sécurité dans la bande sahélo-saharienne et les retombées de la crise libyenne continuent d’être un sujet de grande préoccupation, surtout la prolifération d’armes de toutes sortes dans une région confrontée à de nombreux défis", a martelé le président sortant de la Commission de l’UA.

Il a également assuré que l’UA continuera, en collaboration avec ses partenaires, à soutenir les efforts déployés par les pays de la bande sahélo-saharienne pour faire face à la menace sur la paix au Mali et favoriser la réinsertion socio-économique des travailleurs migrants qui ont dû quitter la Libye au moment de la crise dans ce pays.

Présentant un bilan général sur la paix et la sécurité en Afrique, M. Ping a admis que de nombreux défis restaient à relever.

"Il est urgent d’engager de nouveaux efforts pour trouver une solution au conflit du Sahara occidental, sur la base du droit à l’autodétermination du peuple sahraoui;  surmonter l’impasse dans le processus de paix entre l’Ethiopie et l’Erythrée à travers la mise en œuvre scrupuleuse et de bonne foi de l’Accord de juin 2010 conclu sous les auspices de l’Etat du Qatar", a poursuivi l’ancien ministre gabonais des Affaires étrangères.

Les questions de paix et de sécurité seront largement débattues lors de ce 18ème Sommet qui a pour thème principal le renforcement du commerce intra-africain.

Les ministres des Affaires étrangères ont, à cet égard, procédé samedi à l’élection des 10 pays membres du Conseil de paix et de sécurité (CPS) de l’UA.

Alors que la Côte d’Ivoire et Djibouti ont été réélus pour un nouveau mandat de deux ans, le Cameroun, le Congo, l’Egypte, la Tanzanie, l’Angola, le Lesotho, la Guinée et la Gambie ont rejoint le CPS pour la même période.

Les chefs d’Etat et de gouvernement procéderont par ailleurs, avant de conclure lundi leur sommet, à l’élection du président de la Commission de l’UA.

Deux candidats, le Gabonais Jean Ping et la Sud-africaine N'Kosozana Dlamini-Zuma,  briguent à ce poste le suffrage des 54 Etats membres de l’UA.
-0- PANA SEI/JSG/IBA  29jan2012

29 janvier 2012 12:47:30




xhtml CSS