L’Unicef lance une campagne de lutte contre la pneumonie chez les enfants

Abidjan, Côte d’Ivoire (PANA) -  Le Fonds des Nations unies pour l’enfance (Unicef) et ses partenaires internationaux ont annoncé lundi, le lancement d'une campagne invitant urgemment les dirigeants africains à augmenter le financement des interventions contre la pneumonie et à adopter des changements politiques pour consolider son traitement au niveau communautaire.

La campagne "Chaque Souffle Compte" vise à sensibiliser les dirigeants, les donateurs et les décideurs politiques à la nécessité d'augmenter les financements et à adopter des politiques plus adaptées aux interventions contre cette maladie.

De telles mesures aideraient à prévenir la pneumonie en immunisant les enfants, en réduisant la pollution de l'air intérieur et en améliorant les pratiques en matière d'hygiène, en protégeant les nouveau-nés de la pneumonie grâce à l'allaitement exclusif et en facilitant l'accès de la communauté à un diagnostic et un traitement efficaces et opportuns avec l'Amoxicilline, ainsi que l'oxygène pour les cas graves.

Plus de 490 mille enfants âgés de moins de cinq ans sont morts de cette maladie l'an dernier en Afrique subsaharienne.

"Bien que la moitié des décès d'enfants de moins de cinq ans dus à la pneumonie dans le monde ait lieu en Afrique subsaharienne, le financement, la gestion et le traitement restent faibles dans la région", déclare le docteur Mark Young, spécialiste senior de la santé à l'Unicef.

"Des ressources accrues et un engagement plus important au plus haut niveau nous aideront à empêcher cette maladie d'être une cause de mortalité infantile majeure", a-t-il ajouté.

La pneumonie tue près d'un million d'enfants âgés de moins de cinq ans dans le monde, entraînant plus de décès que le Vih/Sida, la diarrhée et la malaria réunis. Les avancées contre la pneumonie sont lentes, comparées à celles contre d'autres grandes maladies. Les morts infantiles dues à la pneumonie n'ont chuté que de 50 pour cent, en comparaison avec 85 pour cent pour la rougeole et 60 pour cent pour la malaria, le Sida et le tétanos au cours des 15 dernières années.

Les financements restent bas également: pour chaque dollar dépensé pour la santé dans le monde en 2011, seuls deux cents étaient dévolus à la pneumonie.

"Chaque Souffle Compte" a été lancée au cours du Sommet de l'Union africaine lors de la 16e Assemblée générale de l'Organisation des Premières dames africaines contre le Vih/Sida (Oafla) tenue samedi et dimanche à Addis-Abeba en Ethiopie.

La Première dame du Nigeria, Mme Aisha Muhammadu Buhari, figure dans une annonce de campagne publique diffusée pour la première fois lors de ce lancement. Le Nigeria compte le plus grand nombre de décès d'enfants dus à la pneumonie en Afrique et se classe deuxième dans le monde après l'Inde.
-0- PANA BAL/BEH/IBA 01fév2016

01 février 2016 15:51:46




xhtml CSS