L’Ue alloue 20 millions d’euros pour le processus électoral en Centrafrique

Brazzaville, Congo (PANA) – L’Union européenne a décidé d’accorder 20 millions d’euros à décaisser par tranches pour le processus électoral en Centrafrique, en vue de lancer les opérations y relatives, à l’issue de la 7ème réunion du Groupe international de contact sur la République centrafricaine (Gic-Rca) qui s’est achevée lundi soir à Brazzaville.

‘’Les participants ont salué la décision de l’Union européenne de procéder à un décaissement par tranches de la somme de 20 millions d’euros allouée au processus électoral pour le lancement des opérations y relatives’’, lit-on dans les conclusions de cette rencontre qui a regroupé les principaux partenaires et bailleurs de la Centrafrique.

Les participants se sont par ailleurs réjouis des contributions déjà faites et ont demandé à tous ceux qui avaient fait des promesses de contributions d’honorer leurs engagements pour combler le déficit de 18 millions de dollars à ce jour. Ils ont également lancé un appel à d’autres partenaires internationaux pour qu’ils contribuent au financement du processus électoral.

Les délégués à cette réunion se sont félicités de la mise en place du projet du Programme d’appui au cycle électoral centrafricain (Pacec), signé le 25 novembre 2014 et instituant un fonds fiduciaire (Basket Fund), évalué à 44 millions de dollars.

Par ailleurs, les participants ont demandé aux autorité de la transition, ainsi qu’à l’autorité nationale des élections (Ane) de prendre d’urgence les dispositions politiques, juridiques, financières et matérielles nécessaires pour accélérer le processus électoral et faciliter la tenue, avant le 15 août 2015 au plus tard, d’élections libres, transparentes et crédibles qui marqueront la fin de la transition dans ce pays.

Les participants ont pris acte de la décision qui a été prise par le médiateur international dans la crise centrafricaine, le président congolais, Denis Sassou Nguesso, de proroger la transition de six mois jusqu’au 15 août 2015, conformément à l’article 102 de la charte constitutionnelle de la transition et aux recommandations de la 6ème réunion de Gicy-Rca.

En marge de cette rencontre, le Premier ministre centrafricain de transition,  Mahamat Kamoun, a indiqué que ‘’ cette septième réunion a la particularité de présenter aux partenaires les défis auxquels nous sommes confrontés, notamment le financement du gap pour les opérations électorales puis un accompagnement pour financer le déficit budgétaire de l’exercice 2015 sans lequel le climat ne sera pas serein et apaisé pour aller aux élections".

"Nous avons déjà eu des promesses de l’Union européenne (Ue), de la France et même des Nations unies. Il reste un gap, c’est ce que nous cherchons à combler", a-t-il ajouté, qui a estimé ce fossé à 16,6 millions de dollars.

Selon lui, la rencontre de Brazzaville doit aussi permettre de faire le point des préparatifs des élections, théoriquement prévues pour juillet-août prochains, sur le Forum national de réconciliation (prévu a priori avant les élections), la situation humanitaire et la sécurité.

"Sur le plan sécuritaire, au niveau de Bangui, on a assisté ces derniers temps à la montée du grand banditisme lié aux braquages et à quelques violences. C’est ce qui nous a poussé à multiplier les patrouilles", a affirmé M. Kamoun.

S’agissant du processus électoral, il n’a pas considérablement avancé, selon des délégués à la réunion du Groupe qui réunit différents pays, organisations régionales et internationales.

"Un processus est composé de plusieurs étapes: un recensement des électeurs, la commande du matériel électoral. Sur ce plan, rien n’est fait", a souligné Adolphe Nahayo, représentant du secrétaire général de la Communauté économique des États de l'Afrique centrale (Ceeac) à Bangui.

"On est vraiment en retard parce que le processus électoral tel que planifié aurait dû commencer en novembre ou décembre de l’année dernière", a-t-il relevé. M. Nahayo espère cependant que "si tous les moyens sont réunis et des équipes doublées à certains niveaux, la Rca (République centrafricaine) peut tenir le cap d’organiser les consultations électorales en juillet-août".

0- PANA MB/BEH/SOC   16 mars 2015

16 mars 2015 21:45:18




xhtml CSS