L’UNICEF va faire de sa priorité au Bénin, l’élimination de la transmission du VIH de la mère à l’enfant

Cotonou, Bénin (PANA) - L’Organisation des Nations unies pour l’enfance (UNICEF) envisage de faire de sa priorité pour les prochaines années au Bénin, l’élimination de la transmission du VIH de la mère à l’enfant (ETME), selon un communiqué de l’agence onusienne dont copie est transmise ce dimanche à la PANA.

Dans ce communiqué qui fait suite à la visite au Bénin du directeur régional-adjoint (DRA) de l’UNICEF pour l’Afrique de l’Ouest et du Centre, Gilles Fagninou, le fonctionnaire onusien a déclaré: "l’Elimination de la Transmission du VIH de la Mère à l'Enfant (ETME) et la prise en charge pédiatrique occupent une place prioritaire dans le Programme de coopération de l’UNICEF".  

M. Fagninou qui participait à la table-ronde sur l'élimination de la transmission du VIH de la Mère à l'Enfant et la prise en charge pédiatrique, organisée par la Fondation Claudine Talon (Première Dame du Bénin), a félicité ce pays pour ses efforts de planification et de mise en œuvre et a appelé à la continuité de ses actions.

Il a également rassuré que: "l’UNICEF dans le cadre du Système des Nations unies au Bénin apportera, aux côtés du gouvernement, sa pierre à l’atteinte des résultats".

Au Bénin, déplore-t-on, 10% des Personnes vivant avec le VIH (soit 5.907) sont des enfants âgés de zéro à 14 ans. Parmi eux, seulement 3 enfants sur 10 ont bénéficié d’un traitement antirétroviral (TARV) contre 6 adultes PVVIH sur 10.

Seul un tiers des enfants sous ARV ont bénéficié d’une charge virale et celle-ci n’est devenue indétectable que pour 56% d’entre eux, souligne-t-on.  

Face à cette situation, rappelle-t-on,  le pays s’est doté d’un plan d’ETME du VIH 2016-2020  prenant en compte 4 composantes. Il s’agit notamment de la "Prévention primaire de l’infection à VIH chez les femmes en âge de procréer et chez les adolescent /jeunes de 10 à 14 ans, de 15 à 19 ans et de 20 à 24 ans", la "Prévention des grossesses non désirées chez les femmes séropositives au VIH", des "Interventions spécifiques visant à réduire la transmission de la mère à l’enfant"  et "Les soins et soutiens aux femmes infectées, à leurs nourrissons, à leurs partenaires et à leurs familles".  

La table-ronde qui a duré deux jours a été sanctionnée par une feuille de route et une douzaine de recommandations dont celle qui vise à "mettre en place une bonne stratégie communautaire pour accompagner les activités de prévention, de dépistage et de prise en charge".  
-0-  PANA IT/TBM/IBA 10juin2018

10 Junho 2018 20:07:16




xhtml CSS