L'UNICEF plaide pour une action urgente pour sauver les enfants face à la hausse des conditions climatiques extrêmes

New York, États-Unis (PANA) - Le Fonds des Nations unies pour l’enfance (UNICEF) fait pression sur les gouvernements pour qu’ils agissent maintenant afin de protéger les jeunes générations des effets immédiats et à long terme des phénomènes météorologiques extrêmes.

Les inondations dévastatrices dans le Sud de l’Inde, les incendies de forêt qui ravagent l’Ouest des États-Unis et les vagues de chaleur qui battent des records dans l’hémisphère Nord mettent en péril les enfants et leur avenir, indique l'UNICEF dans un communiqué publié ce week-end à New York.

"Dans toute crise, les enfants sont parmi les plus vulnérables et les événements météorologiques extrêmes que nous observons dans le monde ne font pas exception", a déclaré le directeur des programmes à l'UNICEF, Ted Chaiban.

"Ces derniers mois, nous avons vu une vision claire du monde que nous créons pour les générations futures. Alors que de plus en plus d’événements météorologiques extrêmes augmentent le nombre de situations d’urgence et de crises humanitaires, ce sont les enfants qui paieront le prix le plus élevé", a-t-il averti.

Ces événements météorologiques extrêmes survenus en juin et en juillet ont causé des blessures, des décès, des dommages à l’environnement et d’autres pertes.

Selon l'UNICEF, même si les événements climatiques individuels ne peuvent pas être spécifiquement attribués au changement climatique, leur fréquence et leur gravité croissantes correspondent aux prévisions sur la façon dont les activités humaines affectent le climat mondial.

Ces conditions ont de nombreux impacts sur les enfants. Par exemple, ils contribuent à la propagation des "tueurs d’enfance" tels que la malnutrition, le paludisme et la diarrhée, a expliqué l’UNICEF.

Les vagues de chaleur mettent les enfants en danger, les nourrissons et les jeunes enfants étant plus susceptibles de mourir ou de souffrir d'un coup de chaleur, tandis que les inondations menacent leur survie en causant des blessures ou la mort en noyant ou en endommageant les installations sanitaires.

Dans le même temps, les familles pauvres sont particulièrement touchées par la sécheresse, ce qui peut entraîner des mauvaises récoltes, la mort du bétail et la perte de revenus.

"Alors que le monde connaît une augmentation constante des phénomènes météorologiques extrêmes liés au climat, ce sont les vies et l’avenir des enfants qui seront les plus perturbés", a poursuivi M. Chaiban.

"C’est pourquoi il est essentiel que les gouvernements et la communauté internationale prennent des mesures concrètes pour protéger l’avenir des enfants et leurs droits. Les pires impacts du changement climatique ne sont pas inévitables, mais le moment est venu d'agir", a-t-il indiqué.

L'UNICEF a proposé un "programme d'actions contre le changement climatique", qui appelle à renforcer les systèmes de santé pour faire face à l'évolution du climat et aux phénomènes météorologiques extrêmes.

Parmi les autres mesures, figurent l'augmentation des investissements dans les services agricoles, d'approvisionnement en eau et d'assainissement résilients au changement climatique; l'éducation des enfants et des jeunes sur la question du changement climatique et refléter leurs besoins dans les stratégies et plans d'actions nationaux.
-0- PANA MA/JSG/IBA 02sept2018

02 september 2018 12:03:58




xhtml CSS