L'UNMIS ouvre un bureau au Sud-Souda en vue du référendum de janvier

New York- Etats-Unis (PANA) -- La Mission des Nations unies au Soudan (UNMIS) a ouvert son premier bureau sur le terrain en vue du référendum qui aura lieu en janvier prochain pour déterminer si le Sud-Soudan va se séparer du reste du pays, indique un communiqué publié samedi à New York.
Le bureau a été installé dans le comté de Mundri, dans l'Etat d'Equatoria occidental, précise le communiqué, précisant qu'il fait partie des 79 répartis à travers le Sud-Soudan et qui vont servir de base pour le personnel des Nations unies déployé pour les besoins du referendum.
"Les électeurs doivent aller aux urnes le 9 janvier prochain pour déterminer s'il vont se séparer ou rester partie intégrante du Soudan.
Un référendum parallèle aura également lieu à Abyei pour déterminer si cette localité va appartenir au nord ou au sud", poursuit le communiqué.
Les referendums entrent dans le cadre des accords de paix globaux signé en janvier 2005 au Kenya qui ont mis un terme à la guerre civile.
L'UNMIS est chargé de fournir une assistance aussi bien dans la formation que dans le domaine logistique.
Le coordonnateur régional de l'UNMIS pour le Sud-Soudan, David Gressly, a déclaré que le personnel de la mission sera impliqué dans la distribution du matériel électoral pour le référendum, alors que la police des Nations unies va former les forces de l'ordre locales.
"La base du Mundri occidental est constituée de six tentes qui vont abriter les bureaux et les dortoirs du personnel onusien", a-t-il dit.
«Cette base nous offre un avantage supplémentaire, vu qu'elle nous assure une présence symbolique au référendum", a ajouté M.
Gressely.
D'après lui, cela constitue un signal pour la communauté locale que le référendum est une réalité, qu'il aura bien lieu.
Il a déclaré que la plupart des bases se situent dans des zones reculées qui ne sont accessibles que par hélicoptères à cause de l'état défectueux des routes, de la saison des pluies et de l'insécurité permanente.
M.
Gressely a révélé que l'UNMIS dispose actuellement de 16 hélicoptères et sollicite huit autres pour faciliter la distribution du matériel nécessaire pour le référendum.
Il a exprimé l'espoir que l'UNMIS sera en mesure d'installer tous les centres à temps et jouer son rôle de facilitateur, rappelant que la mission avait facilité la tenue des élections nationales en avril dernier au Soudan.

04 septembre 2010 19:21:00




xhtml CSS