L’UNFPA cherche près de 4 millions de dollars pour alléger la vulnérabilité des personnes affectées par la crise centrafricaine

Dakar, Sénégal (PANA) –  Le Fonds des Nations unies pour la  population (UNFPA, sigle en anglais), a lancé un appel de fonds d'un montant de 4 millions de dollars américains pour boucler le budget de  9 millions de dollars prévu pour ses actions humanitaires au profit des personnes touchées par la crise centrafricaine à l’intérieur du pays, a annoncé le directeur régional de l’UNFPA en Afrique de l’Ouest et du Centre, Benoît Kalasa.  

"Pour ce qui concerne les pays voisins, il y a une réponse régionale estimée à peu près à 70 millions de dollars qui couvrent aussi bien le Tchad, le Cameroun, la République Démocratique du Congo, le Congo Brazzaville pour les différentes populations retournées et réfugiées dans ces différents pays", a expliqué de son côté, Judicael Elidjè, le coordonnateur humanitaire régional du Fonds des Nations unies pour la population. Il souligne que le niveau de financement pour cette réponse régionale "reste assez bas".

L’agence onusienne vient de tenir une rencontre de deux jours à Dakar où est basé son siège régional pour l'Afrique de l’Ouest et du Centre, afin de "réajuster son action pour mieux coordonner sa réponse humanitaire à la crise en République centrafricaine".  

Cette consultation a réuni, entre autres, les représentants de l’UNFPA en Centrafrique, au Tchad, au Cameroun en République Démocratique du Congo et au Congo Brazzaville. La  réunion, dirigée par Benoit Kalasa, a également connu la participation de Sangale Rondo, le secrétaire général adjoint chargé de l’Intégration socioculturelle à la Communauté des Etats de l’Afrique centrale (CEEAC).

Selon Judicael Elidjè, "cette consultation stratégique" vise à apporter à court terme, une réponse utile et coordonnée aux besoins des populations affectées par la crise centrafricaine.  
  
Le Fonds des Nations unies pour la population chiffre actuellement à 126 600, le nombre de personnes déplacées internes à Bangui. Ces déplacés sont répartis dans 44 sites.  En dehors de la capitale, plus 425 000 autres personnes sont dénombrées dans les autres régions de la Centrafrique.  Le directeur régional de l’UNFPA en Afrique de l’Ouest et du Centre a expliqué que ce nombre, ajouté aux personnes qui ont trouvé refuge dans les pays voisins, peut être estimé à un million.  

Par ailleurs, plus de la moitié de la population centrafricaine, soit 2,5 millions de personnes, sont en situation de vulnérabilité et ont un besoin urgent d'aide humanitaire.

Le communiqué final publié à l’issue de la réunion de Dakar, ce mercredi, précise que "depuis le début de la crise en Centrafrique, le Fonds des Nations unies pour la population est au premier plan pour apporter une réponse stratégique et à tant dans le pays. Se servant du Plan de réponse des 100 jours adopté comme plan directeur pour sa première réponse de décembre 2013 à fin mars 2014, le bureau pays de l’UNFPA a été en mesure de fournir une assistance à la population touchée, d’abord à Bangui, puis dans trois pôles en dehors de la capitale, lorsque la sécurité situation le permet".

Le Fonds des Nations unies pour la population a surtout mis en place sur un Dispositif  minimum d’urgence (DMU) pour répondre aux situations d'urgence, notamment la prévention et la réponse à la violence basée sur le genre, "au moins pour les aspects d’ordre médical et psychosocial", souligne le communiqué.

-0- PANA KARL/TBM/SOC 18juin2014

18 juin 2014 20:42:00




xhtml CSS