L'UNESCO va honnorer le journaliste suédo-érythréen Dawit Isaak emprisonné

Paris, France (PANA) - Le Prix mondial de la liberté de presse UNESCO/Guillermo Cano 2017 sera décerné, le 3 mai prochain à Jakarta, en Indonésie, au journaliste et dramaturge suédo-érythréen Dawit Isaak, emprisonné, a annoncé l'Organisation des Nations unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO) vendredi.

Dawit, 53 ans, propriétaire de l'hebdomadaire Setit, a été arrêté lors de la répression de septembre 2001 contre la presse indépendante de l'Érythrée qui a entraîné la fermeture de huit journaux privés.

Selon l'UNESCO, les dernières nouvelles le concernant remontent à l'année 2005 et on ignore son lieu de détention.

Le Prix lui sera remis à l'occasion de la Journée mondiale de la liberté de la presse.

Le thème de la célébration de quatre jours de cette année: "les esprits Critiques pour les Temps Critiques: le rôle des médias dans l'avancement des sociétés pacifiques, justes et inclusives".

Un jury international indépendant de professionnels des médias a recommandé à l'unanimité Dawit Isaak en reconnaissance de son courage, de sa résistance et de son engagement envers la liberté d'expression, et la recommandation a été approuvée par la Directrice générale de l'UNESCO, Irina Bokova.

"Défendre les libertés fondamentales appelle à la détermination et au courage - cela fait appel à des défenseurs sans peur", a déclaré Mme Bokova. "C'est l'héritage de Guillermo Cano, et le message que nous envoyons aujourd'hui avec cette décision pour mettre en exergue le travail de Dawit Isaak".

"Dawit rejoint une longue liste de journalistes courageux qui ont persévéré pour faire la lumière dans les espaces sombres, et en prémunissant leurs communautés contre toutes atteintes", a déclaré Cilla Benkö, présidente du Jury mondial du Prix UNESCO/Guillermo Cano pour la liberté de la presse 2017. "Certains ont donné leur vie dans la poursuite de la vérité. Beaucoup ont été emprisonnés. Dawit Isaak a passé près de 16 ans en prison, sans accusation, ni procès. J'espère sincèrement qu'avec ce prix, le monde dira: "Libérer Dawit Isaak Maintenant".

Mme Bokova attribuera le Prix mondial de la liberté de la presse UNESCO/Guillermo Cano 2017 à Dawit qui sera représenté par sa fille, Bethelem Isaak, lors d'une cérémonie organisée par le président indonésien, Joko Widodo.

Le prix de 25 mille dollars américains est nommé en l'honneur de Guillermo Cano Isaza, journaliste colombien assassiné devant les bureaux de son journal, El Espectador, à Bogotá, le 17 décembre 1986. Il est financé par la Fondation Cano (Colombie) et le Fondation Helsingin Sanomat (Finlande).

Le programme de l'événement de quatre jours a été conçu pour sensibiliser à l'importance du journalisme libre et basé sur les faits dans la promotion de la paix et de la justice, et en soutenant l'efficacité, la responsabilité et l'inclusion des institutions, conformément au 16ème objectif de développement durable des Nations Unies .
-0- PANA DJ/AR/JSG/SOC 29avr2017

29 avril 2017 00:00:06




xhtml CSS