L'UE appelle les protagosniste de la crise ivoirienne à la retenue

Bruxelles, Belgique (PANA) - L'Union européenne (UE) lance un appel au président «élu» de la Côte d'Ivoire, Alassane Ouattara et au président sortant, Laurent Gbagbo, d'empêcher que leur pays sombre dans la guerre civile, annonce un communiqué de la Commission européenne publié mardi à Bruxelles.

«Pour le salut de votre peuple, pour le salut de l'humanité, protégez les civils, autoriserez l'aide des travailleurs humanitaires et empêchez la Côte d'Ivoire de sombrer davantage dans la guerre civile», souligne le communiqué.

L’UE souligne que les organisations humanitaires, qui sont sur le terrain pour aider les gens dans le besoin, «doivent être autorisées à poursuivre leur travail de manière impartiale et en toute neutralité».

Après la découverte des massacres ayant fait entre 400 et 1.000 morts à Duékoué, dans l’Ouest du pays et l'explosion des violences à Abidjan, l'UE exprime sa préoccupation, déplorant l'usage d'armes lourdes et la mort d'une Européenne qui travaillait pour l'ONUCI.

Malgré l'insécurité qui règne à Abidjan, l'UE ne recommande pas l'évacuation immédiate de ses ressortissants, «car il serait déraisonnable de les déplacer».

Le communiqué précise que la majorité des Européens vivant en Côte d'Ivoire sont les Français, estimés à 13.000 individus, auxquels il faut ajouter quelques centaines de ressortissants d'autres pays européens.

Selon l’UE, les sanctions ciblées qu’elle a décrétées contre des dirigeants ivoiriens restent d'application, «jusqu'à ce que le président élu, Alassane Ouattara, donne un signal clair demandant qu'elles soient levées».
-0- PANA AK/AAS/IBA 05avril2011

  

05 avril 2011 12:16:56




xhtml CSS