L'UA veut peser plus dans la fixation des prix des denrées agricoles

Addis-Abeba- Ethiopie (PANA) -- L'Union africaine (UA) s'emploie à unir les producteurs des denrées agricoles afin de prendre effectivement en main la fixation des prix des produits agricoles et éliminer la domination des pays riches, qui s'en chargent depuis toujours, a déclaré vendredi Elizabeth Tankeu, commissaire au Commerce et à l'Industrie.
S'exprimant en marge de la réunion du Conseil exécutif de l'Union africaine, réunissant les ministres des Affaires étrangères africains, Mme Tankeu a dit que les pays riches utilisaient la Banque mondiale et le Fonds monétaire international comme instruments pour stabiliser les prix des produits de base, au détriment des fermiers.
"L'UA a commencé à faire comprendre à l'Amérique Latine que les producteurs doivent proposer des mécanismes qui peuvent permettre aux Etats-Unis et aux autres pays consommateurs de nos produits de base de nous offrir des prix meilleurs", a déclaré la commissaire de l'UA au Commerce.
"Nous devons unir nos efforts pour nous imposer", a-t-elle ajouté.
"Les pays consommateurs sont ceux qui dictent les prix.
C'est une idée contre laquelle nous luttons en ce moment, non seulement pour nos produits agricoles mais aussi pour nos minerais", a souligné à la presse l'officielle de l'UA.
Selon elle, la plupart des pays africains producteurs de minerais, de pétrole et d'autres produits de consommation souffrent entre les mains des compagnies multinationales qui exploitent les richesses minières de l'Afrique et paient des clopinettes aux pays qui les autorisent à exploiter ces ressources.
"Les prix du pétrole ont été négociés moins de 10 fois quand les cours ont atteint 100 dollars US et les producteurs africains suppliaient les multinationales de payer au moins un peu plus cher.
Ces compagnies ont refusé et c'est devenu un problème", a rappelé Mme Tankeu à la presse.
D'après elle, l'UA est en train d'organiser les producteurs africains de coton, de cacao, de café et de thé en différents groupes pour leur permettre d'être plus forts durant les négociations sur les prix de leurs produits au niveau des marchés mondiaux des produits agricoles.
"Nous tentons également d'amener les pays producteurs de cuivre à s'organiser.
C'est le seul moyen pour les pays africains d'engranger des bénéfices maximums", a estimé Mme Tankeu.

30 janvier 2009 14:53:00




xhtml CSS