L'UA va envoyer une force civile en Guinée

Addis-Abeba- Ethiopie (PANA) -- L'Union africaine (UA) a confirmé être sur le point d'envoyer un groupe d'observateurs civils pour la paix en Guinée, a appris la PANA ce samedi, à Addis-Abeba.
Le président de la Commission de l'UA, Jean Ping, a déclaré vendredi que des négociations étaient en cours pour faciliter le déploiement d'observateurs civils pour la paix en Guinée.
La Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) a d'abord proposé le déploiement d'un contingent civil pour aider au maintien de la discipline dans les rangs de l'armée guinéenne, mais le Conseil national pour la démocratie et le développement (CNDD), au pouvoir en Guinée, a rejeté cette proposition.
"Il est nécessaire d'aider l'armée guinéenne à rester disciplinée.
Nous ne savons pas ce qui peut arriver.
Le général Sekouba Konaté doit être aidé", a déclaré M.
Ping dans une interview accordée à la PANA.
"Les autorités guinéennes en parlent avec la CEDEAO et le médiateur en chef, le président Blaise Compaoré du Burkina Faso et mon émissaire spécial, Ibrahima Fall», a-t-il ajouté.
L'émissaire spécial de l'UA a confirmé qu'une force civile serait bientôt déployée en Guinée.
"Nous avons passé un accord avec les autorités guinéennes pour qu'une force civile soit envoyée dans leur pays avec leur accord.
Nous n'avons pas encore une idée précise de la taille de cette force, mais elle sera composée d'observateurs civils pour la paix", a déclaré M.
Fall.
Il a indiqué qu'une équipe se rendrait bientôt en Guinée pour discuter de la nature de cette mission.
Le dirigeant intérimaire de la Guinée, le général Sékouba Konaté, a signé un accord à Ouagadougou, au Burkina Faso, le 15 janvier avec l'opposition pour la formation d'un gouvernement intérimaire.
Il a ensuite nommé un Premier ministre, Jean-Marie Doré, sur proposition des forces vives de la Guinée, une structure composée des partis politiques et des organisations de la société civile du pays.
"L'armée a accepté le principe des élections.
Un Premier ministre a été nommé.
Maintenant, le problème est la discipline de l'armée", a déclaré M.
Ping.
Il a estimé que la crise en Guinée ne pouvait être résolue uniquement par les soldats et qu'il faudrait des fonds pour l'organisation des élections et d'autres aides.
"Je suis sûr que le général Konaté n'a pas besoin de troupes, mais plutôt de civils pour l'aider à réformer l'armée", a ajouté le président de la Commission de l'UA.

30 janvier 2010 18:49:00




xhtml CSS